parution 10 novembre 2011  éditeur 12 bis  Public ado / adulte  Thème Humour, Politique

J'aurais voulu faire Président

En 2010-2011, Nicolas Sarkozy entame une stratégie de « représidentialisation », en vue de sa réélection espérée en 2012. Un recueil de séquences satyriques d'actualité, par un analyste politique spécialiste du sujet.


J'aurais voulu faire Président, bd chez 12 bis de Legrand, Bercovici, Bonaventure
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©12 bis édition 2011

L'histoire :

Un matin de juin 2010, Nicolas Sarkozy réunit ses proches conseillers et collaborateurs – Franck Louvrier, Pierre Giacometti, Claude Guéant, Henri Guaino, Patrick Buisson – dans son bureau de l'Elysée. L'objectif de cette réunion est de trouver une stratégie électorale pour 2012. Car la « rupture » promise en 2007 est très loin d'avoir convaincue l'opinion publique. Le sentiment des masses prédomine qu'il n'a pas encore été vraiment Président. Une opération de « représidentialisation » débute alors. Cela consiste avant tout à museler tout ce qui fait sa personnalité : se faire plus discret, réduire sa propension à l'autosatisfaction, museler ses improvisations catastrophiques et ses réactions épidermiques à chaud... Mission impossible ? Dès l'entame, c'est effectivement mal barré, puisque le néologisme « représidentialisation », lourd de sens, est répercuté par son entourage, puis par les médias. Sarko procède alors en « tirant des bords » pour rallier progressivement les diverses franges de l'électorat, au sein d'un parti qui va de l'extrême droite, jusqu'au centre façon Borloo. Mais entre Chirac qui annonce qu'il votera Hollande « si Juppé ne se présente pas » et la nomination de Lagarde au FMI qui lui grille ses effets d'annonces, c'est pas gagné. Carla enceinte parviendra t-elle à calmer son mari en lui infligeant des séances de ciné-club danois ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Thomas Legrand, éditorialiste politique de France Inter, s'offre ici une « récréation » en bande dessinée, sur une thématique qu'il connait bien : la « représidentialisation » nécessaire de Nicolas Sarkozy, en vue de sa candidature en 2012. Car après un début de mandat présidentiel caractérisé par un excès de communications pipolisantes, parfois épidermiques et souvent improvisées, les français tiquent pour le moins sur le « style » de leur chef d'état. Sarkozy ne s'en est d'ailleurs pas caché : il lui faut redorer son image, y gagner en sérieux, en stature. Le journaliste-scénariste focalise donc sur un laps d'actualités élyséennes d'1 an environ, de la mi-2010 à la mi-2011. A l'antenne radio, Legrand est habile à décortiquer cette politique politicienne particulière, instillée par des conseillers, ministres, analystes, ou autre visiteurs du soir à l'Elysée. Leur objectif est bien entendu d'offrir une remontée de leur champion dans des sondages minables, qu'ils espèrent à termes convertis en bulletins électoraux. Toutefois, adapté au médium BD, le propos a tendance à manquer de rythme, ou à tourner en rond. Évidemment, les décors sont un peu redondants : le palais de l'Elysée ou l'intimité fantasmée avec Carla. Peut-être l'empilement non chronologique des séquences ne permet-il pas non plus d'y gagner en cohésion, ou d'offrir des jalons clairs dans la « progression » de la tactique ? La caricature politique n'est certes pas non plus le fort du dessinateur Philippe Bercovici, au point qu'elle nécessite systématiquement des petites pancartes nominatives... Néanmoins grâce à ce biais, la lisibilité des historiettes est optimale. On pardonne volontiers, car Thomas Legrand signe là sa première bande dessinée. Et surtout le pamphlet est bien écrit, excellemment documenté, et il n'hésite pas à être virulent, notamment lorsqu'un jeune énarque tire un bilan désastreux en conclusion...

voir la fiche officielle ISBN 9782356482723