parution 02 juin 2018  éditeur (à compte d'auteur)  Public ado / adulte  Thème Roman graphique, Chronique sociale, Historique

Kraï Goulag

Quand le régime de Staline envoyait des millions d'hommes et de femmes au Goulag. Leur tort : s'opposer au régime ou en être suspectés, avoir été dénoncés pour un oui, pour un non... Un récit poignant, d'une grande beauté.


Kraï Goulag, bd chez (à compte d'auteur) de Miramand
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©(à compte d'auteur) édition 2018

L'histoire :

Avril 1952, quelque part entre Chirunda et Typa, dans la Sibérie centrale. Un homme regarde derrière les barbelés. 2255 jours que son regard se perd au milieu des steppes désertiques, gelées et enneigées 10 mois de l'année. Les barbelés... cela fait un moment qu'ils ne sont plus remplacés. À quoi bon ? L'immensité glacée qui s'étend à perte de vue est le meilleur rempart. Mais le matricule R-553 est vertement rappelé à l'ordre par un Kapo : c'est un Zek, prisonnier du camp 502, spécialement réservé aux individus « socialement dangereux ». Un terme suffisamment vague pour être suffisamment vaste. Petrov y est interné pour 10 ans, au titre de l'article 58. Un beau matin, deux types du NKVB ont pointé chez lui. Puis les interrogatoires. Puis la cellule. Puis la Commission Politique, qui décida qu'il avait été libéré un peu trop vite par les Nazis, ce qui prouvait qu'il était coupable d'intelligence avec l'ennemi. Mais c'est du passé. L'avenir, c'est demain. Et demain, par 20 degrés en dessous de zéro, il faudra aller poser des rails pour contribuer au grand projet ferroviaire de ce pays dirigé par un fou. Or l'avenir de Petrov, c'est surtout de s'évader de ce camp...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il est parfois assez inexplicable de voir des albums autofinancés, dans la mesure où ils méritent largement d'être publiés par une maison d'édition. Kraï goulag en fait partie, au vu de ses qualités scénaristiques et esthétiques. Cet album se lit comme un témoignage extrêmement bien documenté sur l'époque des goulags staliniens, au début des années 50. C'est une fiction qui fait froid dans le dos, tellement elle s'approche de ce qu'on imagine avoir été la réalité de millions de personnes (on estime à 25 millions le nombre de morts sous le régime de Staline). À travers le destin de Petrov, Patrick Miramand reconstitue le quotidien atroce des Zeks, ces prisonniers réduits au rang d'esclaves. L'expression « travail forcé » est en effet trop douce pour exprimer le sort réservé aux intellectuels, opposants ou simples citoyens suspectés qui y étaient envoyés, dans des trains à bestiaux. Il nous rappelle qu'à cette époque, cirer ses bottes avec un journal dans le quel figurait la photo du père de la nation rapportait 25 ans d'internement. La plupart du récit se décline en voix-off, ce qui permet de s’imprégner de la psychologie du personnage, de mesurer ses souffrances et surtout son courage. Vivre quand on est réduit à l'état d'objet au service d'un régime fou, ou risquer la mort, mais en homme libre : c'est également l'équation soulevée par cet album. Alors la cavale de Petrov ressemble à un manifeste et elle a la beauté de la noblesse d'âme qu'on connaît des peuples Russes et de l'ex-URSS. Le trait réaliste et académique de l'auteur, l’utilisation de couleurs douces, avec des scènes nocturnes aux bleus profonds, les décors des steppes et forêts ensevelies par la neige et la glace, renforcent également la beauté de cette remarquable histoire. Kraï goulag est un album fort et réussi, de la 1ère à la dernière page. Une réalisation auto-produite qui mérite absolument d'être soutenue.

voir la fiche officielle ISBN 9791022765367