parution 07 mai 2015  éditeur Akileos  Public ado / adulte  Thème Horreur, Fantastique - Etrange

Apocalypse sur Carson city T5

L'apocalypse selon Matthews

Les zombies font régner l’enfer à Carson City. Le général Mathews va utiliser tous les moyens possibles pour éradiquer la menace. Un tome survolté, gore, violent, à l’humour déjanté et l’action trépidante : bientôt la curie !


 Apocalypse sur Carson city T5 : L'apocalypse selon Matthews (0), bd chez Akileos de Griffon
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Akileos édition 2015

L'histoire :

Les morts-vivants sont partout, à Carson City. Ils sèment la panique et la mort. À l'hôpital, c'est carrément l'état d'urgence ! Le chef cuistot Speed et l'infirmière Bev sont enfermés dans une chambre de soins au 38ème étage. A chaque fois qu'un zombie tente de rentrer, Speed le décapite avec sa hache. Cependant, ce procédé ne peut durer indéfiniment. Ses compagnons tentent de trouver une solution pour s'échapper de ce traquenard. Le cuistot parvient à trouver de quoi renforcer la porte pour gagner du temps. Bev, elle, ouvre la fenêtre des toilettes. Le vide est impressionnant. Passer par l'extérieur est donc particulièrement dangereux. Il y a bien un moyen, mais il est vraiment risqué : s'agripper au fil téléphonique extérieur et descendre les étages petit à petit en se laissant glisser. Speed est prêt à tenter l'aventure, mais le chef refuse de s'échapper. Selon lui, il a plus de chance de survivre en défendant l'entrée de la chambre. Speed tente de le faire changer d'avis, mais rien n'y fait. Il prend alors Bev avec lui et les deux jeunes passent par la fenêtre. Ils s'accrochent comme ils peuvent au fil, mais Bev est toute proche de tomber. De plus, les zombies s'énervent, le chef a de plus en plus de mal à les contenir et les empêcher d'entrer. Ça sent vraiment mauvais...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Amen mes frères : voici l’avant-dernier tome du carnage zombie écrit et dessiné par Guillaume Griffon ! La situation est de plus en plus apocalyptique à Carson City, les amateurs de sang et de scènes horrifiques ne seront donc pas déçus. Les zombies s’en donnent à cœur joie (pour ceux qui ont encore un cœur) et d’autres monstres encore plus répugnants font leur apparition. Après le colossal Dick dans le tome quatre, Griffon réserve un nouveau « boss », encore plus immonde et répugnant. Bien sûr, pour faire face à cette invasion inquiétante, il va falloir du lourd. Là encore, on est servi : ce tome fait la part-belle à Braddock et Ryback (sosies de Chuck Norris et Steven Seagal) qui flinguent et trucident à tout va. Michonne dans Walking Dead n’est qu’une enfant de chœur à côté des héros invincibles de notre enfance. Les scènes de combats sont vraiment impressionnantes sous le trait agressif de l’artiste. Griffon alterne gros plans immondes avec bouts de cervelle qui volent et grandes cases effrayantes qui laissent la place aux horreurs de son histoire. On pourrait très vite se lasser de cette boucherie sanglante et morbide, mais la narration est toujours habile et diablement maîtrisée. Griffon joue sans arrêt sur les retours en arrière et les ellipses, de sorte qu’on lit parfois les mêmes scènes en décalé, vues sous l’angle de plusieurs personnages de l’histoire. La dramatique est ainsi plus forte et les coups de théâtre d’autant plus spectaculaires que l’auteur crée une vraie complicité avec le lecteur. C’est le maître-mot de cette série ultra vivante, malgré son thème particulièrement macabre. Griffon est un gosse qui s’amuse avec ses personnages et son histoire. Il multiplie les références à des fictions célèbres comme Alien, Shining ou encore L’appel de Cthulhu et n’hésite pas non plus à appuyer les clins d’œil à des nanars ou séries devenues mythiques aujourd’hui (amusez-vous à tous les trouver si vous en avez le temps !). L’artiste se fait plaisir en croquant les personnages de nos souvenirs geeks. Ce patchwork délirant fonctionne néanmoins parfaitement et ces emprunts collés bout à bout forment une nouvelle histoire paradoxalement originale et sacrément jubilatoire. Ce ton unique ne laissera personne de marbre, d’autant que les scènes d’actions sont ponctuées de dialogues qui deviendront eux aussi cultes. Amis lecteurs, ne pleurez pas… il vous reste encore un tome. « Je ne pleure pas : je transpire des yeux ! »

voir la fiche officielle ISBN 9782355741890