parution 24 octobre 2013  éditeur Albert René  Public enfant / ado / adulte  Thème Humour, Historique

Astérix T35

Astérix chez les pictes

Astérix et Obélix se rendent chez les Pictes pour ramener un des leurs qui avait été jeté à la mer et qui a échoué en Gaule. Un renouveau génial qui respecte à la lettre (ou au pictogramme) l’esprit de la série.


 Astérix T35 : Astérix chez les pictes (0), bd chez Albert René de Ferri, Conrad, Mébarki, Delerue, Leroi
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Albert René édition 2013

L'histoire :

La Gaule est envahie par un danger inédit : le froid et la neige, dus à un hiver rigoureux. Obélix est malheureux, car dans ces conditions, impossible de chasser les sangliers. Astérix lui propose de trouver des huîtres le long des plages pour lui remonter le moral. Les deux compères trouvent beaucoup d’objets rejetés sur la rive, comme une amphore ou un casque romain. Cependant, ils font une prise incroyable : un énorme glaçon qui contient un barbare à l’intérieur ! Les deux Gaulois ramènent leur étrange pêche au village. Leur arrivée provoque un grand émoi et beaucoup s’interrogent sur la présence de ce barbare inconnu. Avec sa grande sagesse, Panoramix propose qu’on sorte l’homme de sa glace en le plaçant près du feu pour le « décongeler ». L’étranger finit par se réveiller, libre de toute entrave. Cependant, il ne parle pas un mot, à peine quelques borborygmes de temps en temps. Il tente de se faire comprendre des villageois, mais ses gestes restent incompréhensibles. Les femmes admirent sa tenue originale et Bonnemine tente de confectionner les mêmes vêtements pour son mari et les autres membres du village. Les Gaulois sont furieux et commencent à se plaindre de la présence de cet enquiquineur. Pendant ce temps, Panoramix trouve une solution en créant une potion qui redonne la parole à l’inconnu. Tout le monde comprend dès lors qu’il vient de Calédonie et qu’il est Picte. Astérix et Obélix acceptent alors de le ramener sur ses terres pour qu’il retrouve les siens…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après les dernières productions d’Albert Uderzo seul, plus que décevantes, Astérix revient avec de nouveaux auteurs aux manettes. Le résultat très attendu est surprenant, les deux auteurs retrouvant l’esprit de la série originelle d'incroyable façon. Le dessin de Didier Conrad, surtout, est un pastiche remarquable du talent d’Uderzo. Notre village préféré reprend vie et les personnages sont superbement illustrés avec l’ajout de très beaux décors. Non content d’imiter parfaitement le style (pourtant inimitable) d’Uderzo, Conrad met en scène de superbes cases fouillées et parfaitement rythmées. On en oublierait presque la passation de pouvoir entre le grand Uderzo et son successeur. Ainsi, on plonge avec délectation dans un nouvel univers avec la société des Pictes (= les Ecossais) et les trouvailles graphiques sur ces clans sont géniales. On a même les fameuses caricatures qu’affectionnaient Uderzo avec le chef Mac Abbeh et un barde picte (à vous de deviner qui est représenté). Le doute résidait aussi sur le scénario de Jean-Yves Ferri, mais là encore, c’est une belle surprise. Finies les histoires décevantes des derniers tomes : Ferri est particulièrement inspiré et parvient à rappeler René Goscinny. Tout y est et le lecteur retrouvera les grandes recettes qui faisaient le succès de la série. La BD fourmille de jeux de mots pleins de finesse (notamment avec le jeu incessant sur le nom des Pictes où le scénariste décline à l’envie les « Mac »). On a aussi beaucoup d’allusions décalées à notre actualité, avec des parodies savoureuses sur nos pratiques politiques. Les trouvailles humoristiques sont de petits bijoux pleins de finesse comme l’explication sur les Pictes, la présence du monstre du Loch Ness ou la fameuse « eau de malt ». Les grands moments de la série sont repris avec minutie et parfaitement réutilisés : les disputes entre Astérix et Obélix, la simplicité d’esprit d’Obélix, la présence de César, le fameux banquet final… On ne pourra qu’être émerveillé de cette reprise si juste d’une série mythique, même si on pourra reprocher une aventure finalement classique, qui manque un peu d’actions. Les auteurs ont tellement voulu restituer fidèlement l’univers qu'ils en ont presque oublié le souffle de l’aventure. Le rythme est donc un brin déséquilibré. Qu’importe : le miracle a bien lieu et Didier Conrad et Jean-Yves Ferri ont réussi le pari fou de ressusciter une œuvre majeure de la bande dessinée. L’émouvante introduction d’Anne Goscinny en est une preuve : Astérix renaît de ses cendres et l’on retrouve avec émotions notre plaisir d’enfant !

voir la fiche officielle ISBN 9782864972662