parution 05 juin 2019  éditeur Bamboo  collection Grand angle
 Public ado / adulte  Thème Historique

Après l'enfer

La guerre de Sécession a pris fin. Dorothy part à la recherche des douze salopards qui ont tué sa mère. Elle croise la route d’une jeune fille traumatisée du nom d’Alice. Une aventure sombre mêlant après-guerre et personnages de littérature…


Après l'enfer, bd chez Bamboo de Marie, Meddour
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Bamboo édition 2019

L'histoire :

Durant quatre ans, la guerre de Sécession a fait des ravages aux USA, mettant le sud à feu à sang et faisant vivre un véritable enfer aux innocents qui y vivent. Cet enfer a tout pris à Dorothy : son père, sa mère et sa ferme ! Encore marquée par l’horreur et la venue de douze mercenaires qui ont violé et tué sa mère, Dorothy se sent différente dans un monde qui n’est plus celui qu’elle connaissait. Elle n’a plus qu’une seule envie : retrouver ces douze salopards et leur faire payer ! Et pour mettre sa vengeance en marche, la jeune femme compte bien sur le flair de son chien Toto et la paire de bottes que l’un des brigands a laissé en repartant de chez elle… Pendant ce temps, trois anciens soldats sudistes du nom de Hunk, Zeke et Hickory se retrouvent perdus avec, pour seuls compagnons, les stigmates des batailles et de la perte de leurs camarades. Alors qu’ils traînent sans but ni objectifs, les trois hommes apprennent l’existence d’un trésor que les pilleurs de Sherman ont collecté, ainsi qu’une piste solide pour le retrouver… Suivant la piste de sa vendetta, Dorothy rencontre une enfant qui se cache sous le porche de sa ferme. Traumatisée, la jeune Alice raconte qu’elle a suivi le lapin blanc pour échapper au chapelier et à la reine ! Tentant de l’interroger concernant les douze qu’elle recherche, Dorothy va devoir se montrer patiente. Car Alice semble s’être réfugiée de l’autre côté du miroir pour oublier les horreurs qu’elle a vécue…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pour cette nouvelle série dans la collection « Grand angle », le scénariste Damien Marie nous raconte l’après-guerre de sécession et plus particulièrement du côté du Sud. Dans une période où l’horreur a pris fin, mais où le cours classique de la vie n’a pas encore repris, le récit se montre extrêmement sombre, avec viols, pillages et massacres. Bref l’auteur ne cache rien des abominations historiques de cette guerre. Or là où le scénario se montre encore plus intéressant, c’est dans la mise en scène des personnages du Magicien d’Oz de Lyman Frank Baum et d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, au cœur de cette part de l’Histoire américaine. En effet, l’auteur imagine que la tornade dans la vie de Dorothy est le pillage de sa ferme et la mort de ses parents ; et qu’Alice s’est réfugiée dans un monde imaginaire pour oublier le traumatisme de la guerre. Bref, ces éléments rendent ce premier tome très intéressant. Sans en dévoiler trop, vous découvrirez de nombreuses références aux deux œuvres littéraires intelligemment mises en scène. Pour mettre en images ce scénario noir et puissant, on retrouve Fabrice Meddour (Le roi des singes, Espace vital…). Le dessinateur offre de splendides dessins avec des aquarelles qui donnent l’impression d’être au cœur même de tableaux. Les tonalités qu’il utilise passent du clair au sombre (et vice-versa) et rendent l’ensemble extrêmement immersif. Si cet album est déconseillé aux âmes sensibles, il n’en reste pas moins une excellente lecture.