parution 02 mai 2018  éditeur Bamboo  Public ado / adulte  Thème Historique

Charles de Gaulle T4

1958-1968 - Joli mois de mai

En 1968, alors que la rue se révolte, que la jeunesse monte au créneau, de Gaulle se remémore comment il est revenu en 1958 au pouvoir, à peu près dans les mêmes circonstances. Un 4ème rendez-vous avec la vie du général, toujours beau et intéressant.


 Charles de Gaulle T4 : 1958-1968 - Joli mois de mai (0), bd chez Bamboo de Le Naour, Plumail, Bouët, Blanchot
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Bamboo édition 2018

L'histoire :

Mai 68, de Gaulle s’ennuie. Son fidèle Flohic l’informe des évènements à la Sorbonne. De Gaulle, heureux que ça bouge enfin, raconte comment en 1958 il a réussi à se servir du chaos orchestré par les généraux en Algérie pour reprendre le pouvoir. Mais Flohic ne peut l’écouter. Alors il raconte à Yvonne l’appel de Massu. Mais elle aussi a mieux à faire, et même leur chat ne veut pas l’écouter. A 22h, le général va se coucher, mais Paris flambe toute la nuit. Il est réveillé à 5h30 par Joxe, car il y a eu beaucoup de débats et de nombreuses arrestations pendant la nuit, mais aucun mort. De Gaulle reproche à ses proches de ne pas avoir été assez « offensifs » dès le début, d’avoir laissé se développer la contestation. Le ministre des armées annonce qu’il a mobilisé les parachutistes au cas où cela serait nécessaire. Cela remémore à de Gaulle comment, en 1958, il avait roulé les paras qui voulaient s’emparer de la capitale. Alors qu’il doit aller chercher Pompidou qui rentre d’Afghanistan, de Gaulle apprend que la CGT a appelé à la grève générale. Une situation qu’il ne comprend pas est en train de lui échapper…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec un de Gaulle jeune, déjà impétueux et imbus de sa personne dans le premier tome, Jean-Yves Le Naour et Charles Plumail avaient tapé fort, tant cette facette de Mongénéral était inconnue. Mais plus on avance dans le temps, plus il est difficile d’être original, tant la vie de de Gaulle fait partie intégrante de celle des français. Le parti-pris de Le Naour est de faire un parallèle entre deux coups d’Etat du grand Charles, celui de 1958 et celui de 1968. Même si le vieil homme ne comprend plus rien au monde qui l’entoure, il a encore ce dernier tour dans son sac : c’est la disparition à Baden-Baden. En ce cinquantenaire de mai 68, on a droit à l’autre face de la révolution, celle vécue par le dernier rempart à la Chienlit. Son objectif : résister à la pagaille, et ce n’est pas facile, tant Le Naour le dépeint en vieux radoteur ridicule que plus personne ne prend au sérieux. Alors que dix ans auparavant, c’était encore un magicien de la communication, il s’enferre, il s’enferme et sent bien qu’il est dépassé. Mais il lui reste encore un coup de génie, et c’est aussi celui de Le Naour, de montrer de quelle manière le grand homme d’Etat a su puiser dans ses réserves. Alors que le récit est un peu complexe et assez lourd au début, il devient de plus en plus drôle et jouissif à mesure que le scénario nous livre ses ficelles. Le dessin de Plumail, réaliste, est toujours très beau mais ses portraits sont assez peu ressemblants et on force à reconnaître les grandes figures du passé. Qu’importe, peu à peu la magie opère et on finit par aimer ce de Gaulle primesautier qui arrivera à rebondir une dernière fois. C’est une nouvelle belle réussite pour le duo, même si l’album est peut-être un peu moins bon que ses prédécesseurs.

voir la fiche officielle ISBN 9782818945001