parution 04 septembre 2019  éditeur Bamboo  collection Drakoo
 Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Danthrakôn T1

Le grimoire glouton

Apprenti cuistot, Nuwan se découvre un don pour ingurgiter toute la magie d’un puissant grimoire. Il est vite dépassé par sa propre puissance… Mise en place d’un alter-ego de Lanfeust, pour inaugurer la nouvelle collection Drakoo de Bamboo.


 Danthrakôn T1 : Le grimoire glouton (0), bd chez Bamboo de Arleston, Boiscommun, Guth
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Nuwan est jeune marmiton au sein des cuisines du chef Rumpoböh, lui-même au service du mage Waïwo, de très grande réputation. Chaque jour, l’adolescent accompagne son chef au marché, car il s’agit de ne concocter que des produits frais au mage et à ses trois uniques élèves. Ce matin-là, Nuwan assiste à une confrontation radicale entre un bursus (aux allures d’ours) et le chef de la garde (aux allures de lézard), l’inquisiteur Amutu. En faisant appel à la « magie bestiale du sang », Amutu se transforme en une seconde en un terrifiant dragon qui transperce le bursus de part en part. De retour au palais, Nuwan confie cet horrible spectacle à la seule élève qui accepte de lui parler, la belle Nerëh. Mais celle-ci est très vite rappelée à ses chères études. Et le mage présente à ses élèves sa dernière acquisition : le sulfureux grimoire Danthrakon, dont il ne reste qu’un unique exemplaire. Or ce grimoire est écrit à partir d’un alphabet totalement inconnu, qu’il s’agit en premier lieu de déchiffrer. Les trois élèves s’attèlent aussitôt à cette charge longue et fastidieuse. Le soir venu, après le repas, Lerëh accepte de donner des cours particuliers à Nuwan, notamment de lecture et d’écriture de l’alphabet normal, car Nuwan ne sait pas lire. Studieux et volontaire, Nuwan rêve en secret d’être un jour l’élève du mage Waïwo. Il fait même des heures sup’ lorsque Lerëh va se coucher. Dans la bibliothèque, il aperçoit alors le pupitre sur lequel se trouve le Danthrakon. Il s’en approche et s’aperçoit qu’il sait le lire… sans le comprendre ! Il se passe alors un phénomène incroyable…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Arleston arrive chez Bamboo en tant que directeur d’une toute nouvelle collection dédiée aux univers imaginaires (fantasy, SF, steampunk…), un registre qui faisait cruellement défaut à l’éditeur. Et il montre l’exemple en scénarisant le premier tome de la série inaugurale, Danthrakôn. Les fans de Lanfeust et consort ne seront ni étonnés, ni surpris. Car si l’univers est clairement différent de celui de Troy, ce premier épisode déroule grosso modo la même trame que celle de Lanfeust. A savoir celle d’un ado « normal » de basse extraction – Lanfeust était forgeron, Nuwan est apprenti cuistot – qui se retrouve « élu », investi d’un pouvoir magique auquel il n’est pas franchement préparé, au service d’une cause d’intérêt supérieur… dont il reste maintenant à découvrir les tenants et les aboutissants. On retrouve les encadrés narratifs soutenus par un zest d’humour, la dose de mystère, la dose de romance, la dose d’interdits, la narration enlevée et addictive… Même le décor et l’ambiance colorée mis au point par Olivier Boiscommun se conforment à la « charte graphique » Arleston. Les bestioles zoomorphiques sont convaincantes et parfois spectaculaires, tout comme les larges vues sur l’univers merveilleux (villes de loin, intérieurs cossus, styles vestimentaires…). Du nouveau pas très neuf, en somme, mais bien fait. De quoi contenter pleinement les nombreux amateurs des univers d’Arleston.

voir la fiche officielle ISBN 9782490735020