Hindenburg T1 : La nuit qui vient (0), bd chez Bamboo de Cothias, Ordas, Tieko ©Bamboo édition 2013

Hindenburg T1

La nuit qui vient

Une jeune canadienne va s'infiltrer au cœur du projet Zeppelin, fortement contrôlé par le régime nazi. Une plongée dans les certitudes scientifiques improbables de l'Allemagne hitlérienne.

L'histoire : Diane vit au Canada et rend visite chaque année à un vieil indien qui a, dans le passé, sauvé la vie de son père attaqué par des loups. Le vieil Ahota sent que ses forces l'abandonnent et souhaite demander à la jeune femme de lui rendre un service particulier. N'ayant plus de contacts avec ses descendants, il ne peut évoquer avec eux de vive voix le secret qu'ils ont en commun. Ses arrières-petits-fils devraient être les détenteurs d'un don particulier et auraient une mission à accomplir ensemble. Diane est donc chargée par l'indien de les retrouver et de les réunir, pour leur annoncer cette bataille à livrer contre une force menaçante que leur ancêtre ne parvient pourtant pas à définir précisément. En examinant le courrier du vieillard, elle constate que l'un d'entre eux vit en Allemagne et travaille au sein de la Deutsche Zeppellin Reederei. Nous sommes en 1935 et le régime nazi a déjà décidé que l'extraordinaire dirigeable Zeppelin en cours de construction serait le symbole de sa puissance et de sa domination technologique. Lorsque Diane réussit à obtenir une carte de presse pour se rendre sur place, elle n'imagine pas le moins du monde ce qu'elle va découvrir, en côtoyant un régime fasciné par la technologie et les sciences occultes...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Les deux auteurs férus d'Histoire que sont Patrick Cothias et Patrice Ordas poursuivent la déclinaison en bande dessinée de leurs livres consacrés à des grands évènements du siècle dernier. Ce nouveau triptyque en devenir raconte la folle expérience du dirigeable baptisé Hindenburg, dont l'image de la destruction par les flammes en plein vol est restée dans toutes les mémoires. Le second axe choisi par les auteurs est la fascination du régime nazi pour toutes les possibilités cachées du cerveau humain, et les folles recherches entreprises dans les années 30. En mettant en scène des personnages dotés de réels pouvoirs magiques, ils donnent à ce récit une tournure mystique et un peu moins historiquement rigoureuse, qui le différencie de leurs autres productions récentes (Ambulance 13 ou La Rafale). Les personnages réels restent ceux qui ont réellement fait l'Histoire, tandis qu'une galerie de cobayes aux pouvoirs magiques les entourent. L'aspect didactique de ce projet est donc moins évident ; il faut, pour le lecteur, assumer ce choix d'un récit qui lorgne du côté du fantastique. Pas facile, en revanche, de voir comment l'ensemble de ces pistes va boucler, tant elles sont nombreuses. Mais il nous reste deux albums pour cela. Rien à dire, en revanche, du dessin de Tieko, précis, dynamique et d'une grande lisibilité. Une belle démonstration de professionnalisme par ce dessinateur qu'on souhaite voir aussi souvent que possible entre les mains de scénaristes chevronnés. Comme c'est le cas ici...

  • scénar dessin


23 février 2013



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et


les avis des terriens

  • Devra faire ses preuves sur la durée... 19 juillet 2013

    Lancée en parallèle avec sa série-sœur, S.O.S. Lusitania, Hindenburg tente d’exploiter en BD l’un des grands drames des années 1930. On a tous en tête les images de cet immense dirigeable en feu, marquant la fin d’une époque où l’Allemagne nazie avait fait de ces plus légers que l’air un emblème de sa puissance. Scénaristiquement, l’un des pièges d’une pareille série eût été de jouer « Titanic dans les airs ». Pour éviter cet écueil qui leur aurait sans doute valu une volée de bois vert, Patrick Cothias et Patrice Ordas ont choisi de faire du fameux dirigeable un élément moins majeur, dissimulé derrière une intrigue à la fois politique et fantastique. Du coup, le premier tome s’annonce bigrement plus complexe qu’il n’en avait l’air, puisqu’il plonge ses racines dans le Grand Nord Canadien et les attirances d’Hitler pour les sciences occultes. A partir de ce matériau potentiellement très riche, mais néanmoins très casse-gueule, le premier album de la série laissera bon nombre de lecteurs sur leur faim, tant il ne fait que mettre en scène personnages et décors. On aurait pu se consoler de la frustration que porte ce premier opus avec le dessin, mais ce dernier n’est pas non plus exempt de reproches, notamment en ce qui concerne les scènes d’action, assez maladroitement mises en images. Espérons que Tieko, déjà repéré sur Normandie Juin 44, aura l’opportunité d’enrichir son trait pour la suite de la série. Encore une fois, il faudra attendre le deuxième, voire le troisième tome du premier cycle (ce qui augure d'une collection dont la fin n'est sans doute pas pour demain) pour savoir si, oui ou non, cette série est destinée à voler aux côtés des plus grandes.

    Laurent

  • On a envie de connaitre la suite ! 31 mars 2013

    Un album situé dans un cadre historique et décrivant le début de la lutte du bien et du mal. Une jeune canadienne essaye de réunir les descendants d'un vieil indien qui bénéficient de pouvoirs surnaturels afin de faire face à une menace, celle de l'Allemagne nazie qui recrute des personnes ayant des pouvoirs psychiques extraordinaires dans le but de manipuler les foules.

    Pascal


prix 13.50-5% = 12.83

sur


 Hindenburg T1 : La nuit qui vient (0), bd chez Bamboo de Cothias, Ordas, Tieko ©Bamboo édition 2013

20 mars 2013

Bamboo

Grand angle

voir la fiche officielle
voir la bande annonce

9782818923054

ado / adulte

Historique

Hindenburg série en cours en France
2 albums parus, 3 prévus
Nos chroniques dans cette série :