parution 12 septembre 2012  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Historique, Aventure - Action

Alix senator – cycle 1 : La Conjuration des Rapaces, T1

Les aigles de sang

Alix est devenu sénateur. Plusieurs évènements tragiques assombrissent alors le ciel de l’Empire. Complot ou malédiction ? Alix enquête. Un spin-off qui surprend agréablement et donne un sacré coup de jeune à cette série culte. Ave Alix Senator !


 Alix senator – cycle 1 : La Conjuration des Rapaces, T1 : Les aigles de sang (0), bd chez Casterman de Mangin, Demarez
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2012

L'histoire :

Rome, an 12 avant JC. Alix est âgé de 54 ans. Il est désormais sénateur à Rome et entouré de Titus, son fils, et de Khephren, le fils d’Enak. L’Empire Romain est dirigé par Auguste. Il a réuni tous les pouvoirs, empêchant la cité antique de tomber dans le chaos. Une paix durable semble régner sur l’Empire, après de longues années de luttes intestines. Mais ce calme ne pouvait durer. Près du Mont Circé, Latium, Marcus Aemilius Lepidus, ami de César et rival d’Auguste, est retrouvé mort les tripes à l’air. Quelques temps après l’élection d’Auguste au Grand Pontificat, le général Agrippa, gendre d’Auguste et successeur désigné, est tué par un aigle aux serres d’or, sous les yeux de Titus et de Khephren. Tout laisse à penser qu’Auguste est le coupable. Avant que tout Rome ne soit au courant de ces évènements, il charge son vieil ami Alix Gracchus le soin de trouver le ou les auteurs de ces crimes abominables. Alix se rend au marché de Rome, en compagnie de Titus et Kephren pour retrouver la piste d’un dresseur d’aigles. Un rapace pourtant réputé difficile à apprivoiser, contrairement aux faucons…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

On ne présente plus Alix, monument de la bande dessinée créé en 1948 par Jacques Martin. Le héros gaulois et son compère Enak ont bercé l’imaginaire de millions de lecteurs. L’entreprise consistant à réinventer le mythe est un défi risqué, déjà tenté sur la franchise XIII, avec XIII Mystery ou avec Lucky Luke... Certaines mauvaises langues ironisaient sur ce projet, en renommant la série Alix Déambulator (dixit Valérie Mangin). Toutefois, ce défi, un triumvirat d’auteurs l’a revelé de main de maître : Denis Bajram, Valérie Mangin et Thierry Demarez. Les auteurs ont choisi de dépoussiérer le mythe, dans la lignée des séries TV péplums de référence, comme Rome et Spartacus, ou des sagas BD à succès comme Murena. L’erreur aurait été de faire du pur Alix : dessin ligne claire, des logorrhées, un sens prononcé du détail. Les auteurs ont donc plutôt choisi de prendre le contrepied. Passionnée d’Alix depuis toute petite et historienne de formation, Valérie Mangin situe l’action sous Auguste et parvient à raccrocher les wagons avec le Tombeau Étrusque, l’un des meilleurs Alix version Martin. Elle privilégie ici une intrigue moins alambiquée et plus directe, des dialogues courts, plus puissants. Le dessin modernisé de Demarez, ancien décorateur à la Comédie-française, se rapproche davantage du style Delaby que de celui de Jacques Martin. Il nous gratifie de plans d’ensemble somptueux, en s’appuyant sur une documentation fournie. Son trait est précis et juste, sans aucune erreur de perspective. Un régal. Côté couleurs, rien n’est laissé au hasard. Les nuances d’ocre sont sublimes et ajoutent une patine du temps à l’ensemble. De bonne augure pour la suite… Car Les aigles de sang s’incrivent dans une trilogie. Le deuxième album, prévu pour 2013, s’intitulera Le dernier pharaon. À noter pour les collectionneurs, une sublime édition collector comprenant un cahier historique sur Auguste, l’homme qui ne pouvait être roi !

voir la fiche officielle ISBN 9782203045668