parution 27 février 2013  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Policier

Big K T2

L'invitation au mal

K assume le meurtre gratuit du meilleur dealer de Tony : le voilà gérant d’un sex-shop avec un nouveau « contrat » en prime, aux conséquences inattendues. Suite du portrait romancé d’un tueur à gage glaçant ayant réellement existé.


 Big K T2 : L'invitation au mal (0), bd chez Casterman de Ptoma, Duchêne, Cinna
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2013

L'histoire :

K, tueur à gage pour la mafia, a légèrement débordé de ses prérogatives. Il a flingué Salvi, un dealer qui rapportait énormément d’argent à son capo (10 000 $ par mois), simplement parce que K ne supportait pas que celui-ci se livre à de la prostitution pédophile. Aujourd’hui, K doit donc rendre des comptes à Tony Lucchese. Son efficacité et sa dangerosité lui valent le soutien de Dom, son intermédiaire. En gentilhomme froid, Tony se montre indulgent, à deux conditions : K devra reprendre le business de Salvi, en rapportant 15 000 $ par mois ; et le prochain contrat dont il aura la charge sera gratuit. K accepte et se retrouve donc gérant d’un sex-shop. Entre temps, K doit aussi « s’occuper » de James Aceyla, le frère de Gary Aceyla, le comptable de Tony. Manchot depuis son retour du Vietnam, James est désormais alcoolique et drogué, une véritable loque humaine incontrôlable et un poids pour Gary, ce qui perturbe quelque peu le suivi attentif des comptes de Tony. K embarque donc James dans l’entrepôt désaffecté où il exécute ses victimes et il l’attache solidement sur une chaise, bâillonné. Etant donné que la souffrance est sa grande spécialité, il l’éventre légèrement, juste de quoi faire sortir un peu ses intestins… Puis, il décide de le laisser ainsi, pour voir combien de temps il va mettre à mourir. Or quand il revient de sa pause-déjeuner, K retrouve James décapité… et la tête a disparu. Qui donc a osé perturber ses petites routines ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Si vous aimez le Tueur de Matz et Luc Jacamon, Big K est potentiellement votre nouvel ami. Ce tueur à gage au service de la mafia est totalement dépourvu de sentiment et il relate souvent ses froids états d’âmes dans des encadrés narratifs. Avec une efficacité dénuée de scrupules et la nécessité de se débattre des conséquences fâcheuses qui découlent de ses actes, on retrouve aussi un peu le même type d’intrigue que dans la série TV Dexter… à la différence que K ne tue pas que des méchants et qu’il n’est pas vraiment flic. Car ce personnage est librement inspiré de la vie d’un des pires tueurs ayant réellement existé, Richard Kuklinski. Surnommé « Ice Man », celui-ci accomplissait les basses œuvres de la mafia dans les années 70, avec un sens raffiné de la cruauté et une absence totale d’émotions. Ce profil psychologique lui vaut à chaque instant d’être craint et respecté de ses partenaires, ce qui est parfaitement mis en exergue dans la version BD scénarisée par Fabian Ptoma et rendue par le crayonné noirci de Nicolas Duchêne, une sorte de rough infographique très abouti, au rendu velouté et aux couleurs grisâtres. Dans ce second opus, K assume les conséquences du meurtre gratuit perpétré à la fin du premier épisode. Il doit donc désormais accepter de s’occuper du trafic de drogue et de porno, ce qui ne cadre guère avec sa nature. En revanche, il s’affranchit sans rechigner de sa petite punition : un contrat bénévole et sadique sur le frère du comptable du capo, un meurtre qui a des conséquences inattendues… et qui se poursuivront dans un prochain épisode. Entre temps, de nouveau, un large flashback revient sur son adolescence tragique et la construction logique de sa personnalité hors-norme (Kuklinski a effectivement tué pour la première fois à 13 ans, le caïd de sa classe…).

voir la fiche officielle ISBN 9782203050198