parution 17 janvier 2018  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Policier, Politique

Canardo T25

Un con en hiver

Canardo aide la Grande Duchesse du Belgambourg à délivrer son vieux papa sénile d’une bande de pseudo-islamistes, avec les services secrets belges dans les pattes. Intrigue floue, dialogues qui claquent, ambiance post-désabusée : Canardo, quoi.


 Canardo T25 : Un con en hiver (0), bd chez Casterman de Sokal, Sokal, Regnauld
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2018

L'histoire :

Au terme de sa dernière enquête, Canardo a servi de fusible à la grande duchesse du Belgambourg. Il s’est retrouvé en taule. Aujourd’hui, cette même grande duchesse corrompue et magouilleuse lui rend visite en se dissimulant sous une burqa. Elle a besoin de ses compétences et lui propose une libération immédiate en échange de son aide. En effet, elle a reçu une vidéo pour le moment privée de son vieux père, le duc Léon, qui s’affiche comme otage plus ou moins volontaire d’un groupe d’islamistes radicaux. Cigare au bec, il n’a pas l’air particulièrement traumatisé et réclame 100 000 millions d’euros pour effacer les péchés de son pays de croisés impies… Se fout-il de la gueule du monde ou a-t-il atteint le dernier stade de son Alzheimer ? Dans tous les cas, il faut régler vite ce problème, avant que la vidéo ne se retrouve sur les réseaux sociaux. La grande duchesse suspecte que le lieu de tournage soit un manoir des Ardennes françaises, une résidence dans laquelle le vieux a jadis passé du bon temps. Canardo n’a guère le choix. Il accepte et se retrouve aussitôt exfiltré de taule par une porte dérobée. A bord de la Cadillac de la duchesse, ils mettent le cap sur le frontière française, ignorant que les services secrets wallons sont déjà au courant de l’affaire…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Comme de bien entendu, dans ce 25ème épisode de Canardo, les dirigeants sont des pourris corrompus jusqu’à la moelle, le héros détective est blasé, les terroristes sont des fachos crétins, les services secrets magouillent, les opposants politiques sont opportunistes et le vieux duc en fin de règne est complètement sénile. En bref, dans un monde moche, par une météo pourrie, à travers des décors sordides, la vie c’est d’la merde. Au scénario, Benoît et Hugo Sokal continuent de délivrer leur ritournelle pessimiste de l’humanité, et ils le font dans un flou narratif qui semble bien pratique. Pour les bons points : le dessin zoomorphique de Pascal Regnault se dévoile lisible, régulier et découpé de manière séquentielle avec savoir-faire. Les amateurs apprécieront aussi que les dialogues claquent comme de l’Audiard qui s’en battrait les fouilles, et que le recours à la violence ne soit jamais facultatif. Mais on peine vraiment encore une fois à saisir un propos de fond limpide. Du moins, il ne semble pas y avoir d’autre intention que de dézinguer dans le désordre absolument tous les acteurs de cette comédie humaine particulièrement acariâtre. Plus gênant, dans ce misanthropisme ambiant : la thématique de l’islamisme radical est utilisée comme si elle était « à la mode », dans l’air du temps. Revenons vite à nos politicards corrompus !

voir la fiche officielle ISBN 9782203122000