parution 24 septembre 2014  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Policier

Commandant Achab T5

Toi, mon frère

Convaincu par les révélations d’un de ses anciens collègues, le commandant Edgard Cohen, aidé de Karim, est décidé à en découdre avec son passé, au risque de froisser son patron de frangin. Un cinquième épisode fratricide…


 Commandant Achab T5 : Toi, mon frère (0), bd chez Casterman de Piatzszek, Douay, Boubette
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2014

L'histoire :

Le retour du Havre et de sa charmante région sonne pour Karim comme une évidence : il est temps d’aller jeter un œil chez « Soupline », son ex-collègue, capitaine au « 36 ». Car avant de succomber (voir tome précédent), il a bredouillé son implication dans l’évasion ratée de Fath, le père de Karim abattu il y a une dizaine d’années par Edgard Cohen, alias Commandant Achab. C’est pourquoi le voilà qui fracture habilement le domicile de l’ex-policier et se met à le fouiller copieusement. Il n’a que 9 minutes avant que son complice, qui est employé par une compagnie d’électricité, ne lui grille sa couverture. Enfin ! Il trouve une cache au sous-sol dans laquelle repose une grosse somme d’argent, une arme et une lettre à ouvrir « en cas de pépin ». A peine jette-t-il un œil sur son butin que le chien de la famille l’agrippe furieusement et le blesse grièvement… Pendant ce temps, assis sur un banc dans un tunnel du métro, le commandant Cohen s’adonne à son sport favori : regarder la vie passer en fumant une grosse cigarette qui, malheureusement, ne le fait plus rigoler depuis bien longtemps déjà. Notre bonhomme va mal, depuis sa confrontation avec le psychopathe normand. Il a perdu très gros et s’enfonce jour après jour un peu plus dans la dépression. Tiré de son activité par un appel de son frère, William, le patron de la PJ, il rejoint le « 36 » pour une explication musclée de frangin à frangin...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Cordes de pluie, gyrophares aveuglants, visage tuméfié, barbe de hérisson, menottes aux poignets, flingue prêt à dézinguer et lippe descendante… Pour ce 5éme tome, l’accroche de la couverture est parfaite pour illustrer la sombre mélasse dans laquelle patauge notre fameux Commandant, durant la quasi-totalité des 54 planches proposées. Oh ! Cette fois ce ne sont ni des députés morts pour la France, ni le showbiz et pas plus des psychopathes hermaphrodites qui se mettent en travers de son moignon. Mais bien ce passé vieux d’une dizaine d’années, subtilement tisonné à petites braises durant les 4 premiers opus. Une vieille histoire dans laquelle Edgard Cohen, alors au sommet de sa carrière, avait dû abattre Fath, son vieux copain, truand en cavale et père de Karim, son nouvel équipier. Qui ? Comment ? Pourquoi ? Cette dernière ligne droite alignera les dernières pièces de puzzle au rythme d’une confrontation familiale sans concession et faisant rapidement, judicieusement, du chasseur le chassé (et vice versa ?)… A nouveau impeccable de rythme et d’action, cet épisode livre sa dose habituelle d’adrénaline, de destinées froissées, d’amitié incompressible et de dialogues (option savoureux aphorismes) aussi cyniques que claquant. Et puis, surtout, nous agrippe définitivement à cet as de la dépression, à la bougonnerie touchante et la ténacité viscérale. Il ne manquerait plus qu’un beau cliffhanger en forme d’incroyable rebondissement en conclusion pour offrir à la série les promesses d’une suite aux petits oignons... Au crayon, Stéphane Douay peaufine quant à lui sa partition semi-réaliste en asseyant parfaitement action et tension, ou en « s’amusant » du visage du personnage central pour en parfaire son charisme d’anti-héros.

voir la fiche officielle ISBN 978220307904