parution 01 octobre 2008  éditeur Casterman  collection Ligne rouge
 Public ado / adulte  Thème Policier, Aventure - Action

Mesrine

L'évasion impossible

En parallèle de la sortie du film, la biographie mouvementée de l'ex ennemi public n°1, Jacques Mesrine, scénarisée par un ancien compagnon de taule, Roger Knobelspiess. Efficace et réaliste !


Mesrine : L'évasion impossible (0), bd chez Casterman de Knobelspiess, Chabane, Van de Walle
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2008

L'histoire :

En 1977, dans le bureau d’un producteur de films, un inconnu projette d’aider Jacques Mesrine, alors ennemi public numéro 1, à le faire évader d’un quartier de haute sécurité (QHS) de la prison de la santé. Or, le malfrat étant alors incarcéré à Fresnes, il s’agit de faire courir la rumeur d’une évasion, pour que les autorités le transfèrent dans l’autre prison. Insoumis, l’homme profite alors des maigres « promenades » pour échafauder son plan, discutant par-dessus les murs ou à travers les tuyauteries avec son ami François Besse. Il se souvient du Canada, 5 ans auparavant, où une tentative de libération massive de ses camarades avait tourné au carnage, au pénitencier de Saint-Vincent de Paul. Il s’agissait alors de respecter un pacte d’honneur, en cohérence avec son utopique « syndicat des évadés ». A Fresnes, Mesrine continue donc de faire croire à un projet d’évasion, ce qui lui faut (bingo !) une mutation express à la Santé ! Dès lors, il peut être aidé par un complice, membre réfractaire du système carcéral, révolté par les conditions pénitentiaires. Celui-ci glisse en effet dans le faux plafond du parloir, un flingue et une bouteille de cognac, qui permettront plus tard à Mesrine de prendre la tangente…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Bien joué le plan marketing : la BD sort le même jour que le film (22 octobre 2008) ! Or, elle est également très proche de la réalité puisque scénarisée par un témoin direct des faits, compagnon de Jacques Mesrine, Roger Knobelspiess. Le châssis principal du récit en one-shot se concentre sur la description du mécanisme d’évasion de Mesrine et de Besse du QHS de la Santé. La prouesse meurtrière (leur camarade Carman Rives restera sur le carreau) fut très médiatisée à l’époque et contribue encore aujourd’hui à la légende Mesrine… au même titre que l’évasion de Compiègne (en prenant le juge du tribunal en otage), que l’épisode de la clé des menottes (dans le nœud de cravate, sur le banc des accusés) ou que l’attaque du pénitencier de Montréal (d’un culot monstre). Car en matière d’évasions, il n’y en a pas qu’une dans la vie de l’ennemi public numéro 1 ! Ces diverses anecdotes sont intégrées comme autant de flashbacks dans le cours du récit. Le dessinateur Lounis Chabane met l’ensemble en relief avec la tempérance idoine et professionnalisme, faisant véritablement exploser les scènes de fusillades. Evidemment, vu à travers le prisme d’un ancien compagnon de lutte comme Knobelspiess, l’image du sulfureux personnage est flatteuse, comme en témoigne la couverture (une contre-plongée sur un Mesrine fier et central, auréolé de la lumière de la liberté). Ce diable d’homme est en effet devenu culte non seulement pour ses faits d’armes, mais surtout pour son insoumission, élevée au rang de philosophie. Selon lui, l’insoumission est à l’origine de la dangerosité de l’homme, non l’importance du délit qu’il a commis. Le récit se termine en queue de poisson, avant terme, évitant d’aborder la fin polémique de Mesrine, officieusement exécuté par les forces de l’ordre, mais officiellement abattu en conditions de légitime défense…

voir la fiche officielle ISBN 9782203005488