parution 28 octobre 2015  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Policier

Nestor Burma T9

Micmac Moche au Boul’Mich

Sans conviction, Burma enquête sur le suicide d’un étudiant, lorsqu’une série d’événements vont rendre l’investigation plus complexe qu’en apparence. Une neuvième enquête extrêmement absorbante…


 Nestor Burma T9 : Micmac Moche au Boul’Mich (0), bd chez Casterman de Barral, Malet, de La Fuente
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2015

L'histoire :

Sans sa secrétaire Hélène qui souffre de la grippe, le détective privé Nestor Burma accueille une nouvelle cliente : Jacqueline Carrier. La jeune femme vient à propos de son petit ami, Paul Leverrier, qui s’est suicidé d’une balle en pleine tête un mois plus tôt dans sa 2CV le long du quai Saint-Bernard. Alors que l’autopsie a confirmé que c’est bien Paul qui a mis fin à sa vie, Jacqueline est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre. En effet, son fiancé n’était absolument pas dépressif. Et puis, surtout, il l’aimait et ne l’aurait jamais laissée tomber. Burma se demande alors si son suicide ne serait justement pas lié à l’amour qu’il portait à Jacqueline. Il se peut que son père, le docteur Leverrier, ne fût pas d’accord avec cette union. La cliente rassure l’enquêteur en lui expliquant que même si le père et le fils n’avaient plus beaucoup de contacts depuis le décès tragique de la mère de Paul, le médecin n’était pas contre leur couple. Il est même au courant et d’accord pour que Jacqueline fasse appel à un privé dans l'optique d'une contre-enquête. Loin d’être convaincu qu’il s’agit d’un meurtre, Nestor Burma accepte tout de même de mener des investigations. il commence par se rendre au 36 quai des orfèvres, afin de discuter avec le policier qui a mené l’enquête criminelle et conclu à un suicide…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pour sa seconde aventure mettant en scène le célèbre Nestor Burma, Nicolas Barral réunit tout ce qu’il faut pour nous faire passer un bon moment. D’un côté, on retrouve le plaisant univers graphique créé par Jacques Tardi (en couleurs, cette fois) ; de l’autre, on retrouve la puissance de l’œuvre de Léo Malet, que ce soit au niveau des dialogues que de l’ambiance de polar. C’est bien simple, on a vraiment l’impression de lire un roman policier, à la différence qu’il est imagé. Alors que certaines adaptations donnent parfois le sentiment d’être bâclées voire fades à cause d’un allègement de rebondissements ou d'événements, ce n’est jamais le cas ici. On saluera aussi le bon choix de l’auteur concernant le récit à adapter, car cette neuvième enquête BD est incroyablement prenante. Certes, on sait dès le début que le suicide en est bien un... mais il manque un élément indispensable, à savoir la raison de cet acte. S’il faudra attendre la fin de cette intrigue de 90 pages pour la découvrir, on suit Nestor Burma avec beaucoup de plaisir au cœur d’un enchaînement d’éléments et de rebondissements très rythmés, qui vont l’amener au cœur d’une histoire bien plus complexe qu’elle ne le laissait paraître de prime abord. Vous l’aurez compris : si vous aimez les récits policiers, vous savourerez ce nouvel album comme du petit lait. On aime les monologues du héros, sa relation avec sa secrétaire tout comme la manière dont l’enquête s’installe progressivement pour livrer sa pleine puissance. En associant Barral aux univers de Tardi et de Malet, Casterman a eu une très bonne idée. On en redemande allègrement…

voir la fiche officielle ISBN 9782203087675