Blast T2 : L'apocalypse selon Saint-Jacky (0), bd chez Dargaud de Larcenet ©Dargaud édition 2011

Blast T2

L'apocalypse selon Saint-Jacky

Toujours en garde à vue, Polza Mancini poursuit le récit de son errance, en particulier sa rencontre avec Jacky Jourdain avec lequel il va découvrir le grand Blast… et bien d’autres choses. Hypersensible, dérangeant et prenant : du grand art !

L'histoire : Gardé à vue depuis plus de 24 heures, Polza Mancini ne sait pas que Carole Oudinot, la jeune femme qu’il est soupçonné d’avoir agressé, vient de mourir. Les deux policiers en charge de son interrogatoire ont pour consigne de ne rien lui révéler, de peur qu’il refuse dès lors toute coopération. Il faut qu’il parle. On doit en effet comprendre ce qu'il s'est réellement passé. Du reste, cette grasse carcasse de plus de 150 kg ne s'est pas fait prier, pour l’instant, pour raconter à sa manière son errance. Un parcours rythmé par des prises massives d’alcool, une nourriture exclusivement constituée de barres chocolatées et la recherche de ce qu’il appelle le Blast : une sensation intense, supra-orgasmique, lui donnant une bouffée de liberté, d’oubli de son corps. Il l'avait ressenti pour la première fois juste après le décès de son père. Alors il raconte cet été passé dans la forêt, après avoir quitté sa vie d’avant : seul avec la nature et saoul du matin au soir, exalté, peut-être libre pour la première fois. Il dit comment cet été à la Pagnol se termine brusquement, lorsqu’agressé et délesté du peu qu’il a, il doit fuir la forêt. L’hiver approche. La morsure du froid l’anéantit, mais il n’est pas encore temps de mourir. Il décide alors de prendre « location » dans une petite ferme inoccupée : des vêtements chauds, un vrai toit, au moins pour quelques jours, le temps de réfléchir à la fin du voyage… Polza raconte. Mais Polza lasse. Un des deux policiers devient violent…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Déjà préparés par Grasse carcasse et habitués à voir Manu Larcenet manier les cordes émotionnelles de son instrument avec brio et passion, il serait malhonnête que nous feignions la surprise de rester agrippé à ce deuxième Blast 200 pages durant. Toujours est-il que la suite du récit proposé dans les locaux d’un commissariat par cet incroyable marginal obèse, Polza Mancini, ne peut à nouveau pas laisser indifférent… Cuisiné par la flicaille, qui tente de reconstruire un puzzle d’événements le liant au meurtre d’une jeune femme, le voilà qui poursuit, en de longs flashbacks, le compte-rendu de son errance : départ obligé de la forêt protectrice et arrêt d’une certaine communion avec la nature (qui elle ne juge pas) ; longs squats dans des maisonnettes inoccupées ; menus larcins ; alcool et médicaments à gogos ; petits blasts peu intéressants… Et puis surtout, deux rencontres qui semblent devoir construire la suite de son parcours. D’abord Jacky, un SDF-dealer (dont on découvrira l’effroyable personnalité), qui lui fait goûter à l’héroïne pourvoyeuse de blasts apocalyptiques. Ensuite, un éléphant… Ciselée par une narration sous tension infiniment brillante, cette suite poursuit notre apprentissage de l’hypersensibilité et de l’humanité via les méandres de la personnalité « hors norme » de Mancini. Chaque mot pèse du poids de la gifle, de l’empathie, de l’outrance dérangeante ou de l’infinie émotion. Le dessin est quant à lui bluffant et la maitrise du noir et blanc au sommet. On sait que l’auteur laisse à nouveau dans l’affaire beaucoup de lui-même, mais il sait le faire partager. Du coup, cette apologie de la différence et du « être autrement » interpelle nécessairement. Et tout en entretenant un suspens accrocheur, ce Blast ouvre habilement notre réflexion. Du grand boulot. Bravo !

  • scénar dessin


17 avril 2011



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et


les avis des terriens

  • L'apocalypse 27 juillet 2014

    Ce second volume confirme tout le bien qu’on avait pensé du premier. Polza continue son récit entre galère, fragment du passé et recherche de liberté. Sur sa route, il croisera un drôle de personnage, "Saint Jacky", qui lui permettra de goûter au Blast apocalyptique. Mais cet énergumène n’est peut pas celui qu’on croit… Toujours brillamment illustré, Blast continue de nous tenir en haleine et de nous offrir un récit hors norme.

    raitto13

  • La bande dessinée selon Saint Larcenet. 5 février 2012

    Voici donc le tome 2 de Blast : le premier voyait Larcenet s'écarter du sentier humoristique qu'il avait l'habitude de suivre dans ses précédentes œuvres pour rejoindre des chemins bien plus obscurs, et son public, comme la critique, l'avait majoritairement suivi. La surprise du premier tome étant passée, le 2éme est-il apte à combler nos attentes ? Les fans ayant suivit la carrière de l'auteur, le retrouveront derrière Polza Mancini, comme c'était déjà le cas dans le Combat Ordinaire. Le héros de Blast, comme celui de l’œuvre antérieure, est sujet à des crises qui sont au centre du récit ; il se plait lui aussi à contempler la nature (certaines scènes, avec le chasseur par exemple, sont d'ailleurs extrêmement similaires d'une œuvre à l'autre). L'intérêt est donc ici de voir ces éléments déjà traités par l'auteur, bénéficier d'une mise en scène prodigieuse, d'un traitement noir, du récit et des dessins qui sied à ravir à l'histoire. Nous sommes là, bien loin du monde du Combat Ordinaire, l'auteur semble ne plus avoir besoin de se cacher derrière le masque de l'humour pour nous témoigner ses angoisses, passant par le biais des "voix off" du héros, qui, contrairement à ce que l'on peut voir dans beaucoup d'autres bandes dessinées, servent le récit et ne sont pas de simples béquilles scénaristiques. Cependant, le lecteur peut se sentir oppressé par ce flot de paroles et avoir l'impression d’être pris en otage par un auteur qui profite de son histoire pour nous faire part de ses réflexions existentielles aux travers des longues tirades philosophiques du héros. Cela semble être le seul point négatif à noter ; il reste donc dérisoire face à toutes les qualités déjà mentionnées plus haut. Si l'on a coutume de dire que l'humour est la politesse du désespoir, Larcenet a désormais perdu tout sens des bonnes manières ; l'ironie ne trouve que rarement sa place entre les somptueux aplats de noir et le dur regard de Polza, personnage particulièrement antipathique au centre du récit. On ne s'avance pas trop en disant que Larcenet signe là son chef-d’œuvre ; une œuvre majeure de la bande dessinée dont on finit la lecture en se demandant où Larcenet va bien pouvoir encore nous emmener. Nous savons déjà que ce road trip s’achèvera en prison,mais la question traitée par Larcenet est moins la destination que le trajet, et pour l'instant, il nous offre la plus belle des réponses.

    Sébastien

  • Du Larcenet bien noir 24 octobre 2011

    Ils sont rares les auteurs qui peuvent passer d'un monde à l'autre sans que cela ne se ressente sur la qualité du texte ou du graphisme. Manu Larcenet est de ceux-là. Sa série Blast n'a rien d'un Combat ordinaire. On s'enfonce dans le personnage principal comme on s'imaginerait s'enfoncer dans la graisse qui le protège. A chaque tome on le découvre un peu plus. Et on se demande jusqu'où cela va nous mener...

    Sarah

  • Encore mieux ! 6 octobre 2011

    Après la claque que fût le 1er tome de Blast, la barre était haute pour mr Larcenet. Et pourtant, de nouveau la claque ! L'effet découverte étant passé on se demandait comment il allait pouvoir continuer à nous tenir tout au long de ce pavé de 208 pages... En fermant le livre, on se dit vivement une même expérience dans le prochain tome... Le personnage principal Mancini prend encore de la carrure (si si...). On suit sa dés-errance, son cheminement vers la liberté et ses Blasts. Sa rencontre avec "Jacky" est l'axe principal de ce tome mais on en apprend encore un peu plus sur son passé, sur le meurtre de la petite Oudinot... Des indices supplémentaires, des questions nouvelles, des réponses mais qui engendrent de nouvelles questions. Manu Larcenet sait comment nous prendre et nous emmener là ou il veut. Sa vision des Blasts est toujours une montée en puissance et en intensité du personnage, ses "Apocalypses" sont dramatiquement belles... Vivement le tome 3 !

    Laurent

  • A engloutir lentement.. 24 septembre 2011

    Un album bien difficile à lire, tant on est partagé entre l'envie de contempler pendant des heures chaque planche, chaque projection d'encre, chaque mouvement d'aquarelle, et la fureur de dévorer l'histoire en quelques minutes. Indispensable évidemment pour qui s'est laissé prendre par le premier tome, celui-ci se révèle un peu plus sombre encore, plus dérangeant, plus frustrant aussi : Larcenet parvient à nous passionner sans lâcher grand chose pour autant. Le personnage de Polza poursuit doucement son chemin de déchéance, vers ce qui sera - nous semble-t-il - de pires atrocités, du bien noir en tout cas. C'est pourquoi une fois plongé dans l'album, il est impossible de ne pas le terminer. Et tout autant de ne pas réclamer la suite. Très vite.

    David

  • Larcenet enfonce 11 juin 2011

    A travers le deuxième tome de cette série qui devrait au final en compter cinq, Larcenet continue d'explorer les thèmes qui lui sont chers : la mort, l'humanité, la perte d'identité et de repères, les expériences hallucinées ; le tout dissimulé sous le voile du thriller psychologique. Un personnage obèse et atypique, soupçonné de meurtre, revient sur sa trajectoire tortueuse, conte une vie hors-norme à tout point de vue, et balade autant les deux agents responsables de sa garde-à-vue que les lecteurs, au sein d'un récit psychédélique bien qu'intimiste. Une œuvre exceptionelle par un auteur d'exception.

    Jean-philippe

  • Larcenet est en route vers une autre dimension 17 mai 2011

    Avec Blast, Larcenet montre un intérêt de plus en plus affirmé pour le roman. Blast est un excellent roman graphique où les dessins souvent excellents sont très importants mais où Larcenet prouve surtout qu'il devient un excellent écrivain !

    Tharcisse


prix 22.90-5% = 21.76

sur


 Blast T2 : L'apocalypse selon Saint-Jacky (0), bd chez Dargaud de Larcenet ©Dargaud édition 2011

08 avril 2011

Dargaud

voir la fiche officielle

9782205067590

ado / adulte

Chronique sociale, Policier, Roman graphique