parution 08 avril 2011  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Policier, Chronique sociale, Roman graphique

Blast T2

L'apocalypse selon Saint-Jacky

Toujours en garde à vue, Polza Mancini poursuit le récit de son errance, en particulier sa rencontre avec Jacky Jourdain avec lequel il va découvrir le grand Blast… et bien d’autres choses. Hypersensible, dérangeant et prenant : du grand art !


 Blast T2 : L'apocalypse selon Saint-Jacky (0), bd chez Dargaud de Larcenet
  • Notre note : Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star
  • Scénario : Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star
  • dessin : Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star
©Dargaud édition 2011

L'histoire :

Gardé à vue depuis plus de 24 heures, Polza Mancini ne sait pas que Carole Oudinot, la jeune femme qu’il est soupçonné d’avoir agressé, vient de mourir. Les deux policiers en charge de son interrogatoire ont pour consigne de ne rien lui révéler, de peur qu’il refuse dès lors toute coopération. Il faut qu’il parle. On doit en effet comprendre ce qu'il s'est réellement passé. Du reste, cette grasse carcasse de plus de 150 kg ne s'est pas fait prier, pour l’instant, pour raconter à sa manière son errance. Un parcours rythmé par des prises massives d’alcool, une nourriture exclusivement constituée de barres chocolatées et la recherche de ce qu’il appelle le Blast : une sensation intense, supra-orgasmique, lui donnant une bouffée de liberté, d’oubli de son corps. Il l'avait ressenti pour la première fois juste après le décès de son père. Alors il raconte cet été passé dans la forêt, après avoir quitté sa vie d’avant : seul avec la nature et saoul du matin au soir, exalté, peut-être libre pour la première fois. Il dit comment cet été à la Pagnol se termine brusquement, lorsqu’agressé et délesté du peu qu’il a, il doit fuir la forêt. L’hiver approche. La morsure du froid l’anéantit, mais il n’est pas encore temps de mourir. Il décide alors de prendre « location » dans une petite ferme inoccupée : des vêtements chauds, un vrai toit, au moins pour quelques jours, le temps de réfléchir à la fin du voyage… Polza raconte. Mais Polza lasse. Un des deux policiers devient violent…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Déjà préparés par Grasse carcasse et habitués à voir Manu Larcenet manier les cordes émotionnelles de son instrument avec brio et passion, il serait malhonnête que nous feignions la surprise de rester agrippé à ce deuxième Blast 200 pages durant. Toujours est-il que la suite du récit proposé dans les locaux d’un commissariat par cet incroyable marginal obèse, Polza Mancini, ne peut à nouveau pas laisser indifférent… Cuisiné par la flicaille, qui tente de reconstruire un puzzle d’événements le liant au meurtre d’une jeune femme, le voilà qui poursuit, en de longs flashbacks, le compte-rendu de son errance : départ obligé de la forêt protectrice et arrêt d’une certaine communion avec la nature (qui elle ne juge pas) ; longs squats dans des maisonnettes inoccupées ; menus larcins ; alcool et médicaments à gogos ; petits blasts peu intéressants… Et puis surtout, deux rencontres qui semblent devoir construire la suite de son parcours. D’abord Jacky, un SDF-dealer (dont on découvrira l’effroyable personnalité), qui lui fait goûter à l’héroïne pourvoyeuse de blasts apocalyptiques. Ensuite, un éléphant… Ciselée par une narration sous tension infiniment brillante, cette suite poursuit notre apprentissage de l’hypersensibilité et de l’humanité via les méandres de la personnalité « hors norme » de Mancini. Chaque mot pèse du poids de la gifle, de l’empathie, de l’outrance dérangeante ou de l’infinie émotion. Le dessin est quant à lui bluffant et la maitrise du noir et blanc au sommet. On sait que l’auteur laisse à nouveau dans l’affaire beaucoup de lui-même, mais il sait le faire partager. Du coup, cette apologie de la différence et du « être autrement » interpelle nécessairement. Et tout en entretenant un suspens accrocheur, ce Blast ouvre habilement notre réflexion. Du grand boulot. Bravo !

voir la fiche officielle ISBN 9782205067590