parution 07 juin 2019  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Historique

Bootblack

Un gamin new-yorkais se retrouve seul rescapé de son escouade sur le front des Ardennes en 1945. Il réfléchit à son passé et à sa longue existence, depuis sa fugue des bas-quartiers de New-York.


Bootblack, bd chez Dargaud de Mikaël
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2019

L'histoire :

Al Chrysler, « un nom qui sonne bien américain », voilà sous quel pseudo le jeune Altenberg Ferguson se présente au recruteur de l’armée américaine, en cette fin d’année 1945, dans l’idée de rejoindre le front européen. Altenberg, en fait, tient son prénom du nom du village d’origine de ses parents, en Allemagne, avant que ces derniers n’émigrent aux Etats-Unis. Mais lui-même natif sur le sol du « Nouveau monde », porte ce prénom comme un fardeau. Et quand à l’âge de 10 ans, en pleine récession de 1929, il décide de fuguer, au moins une nuit entière, après une énième altercation avec son père, il ne s’attend pas à ce que sa vie soit chamboulée à ce point. Devenu enfant des rues, celui qui se fait désormais appeler « Al », va désormais connaître la vie des gosses livrés à eux-mêmes, dans cette Amérique de la prohibition où s’affrontent les gangs, et si loin de celle dont rêvaient ses parents. Débrouillard – car il le faut pour survivre – il devient avec ses amis Shiny et Buster, un « bootblack », un cireur de chaussures, dont la vie reste juste égayée par la rencontre occasionnelle de Maggie, la grande sœur de Buster. Mais cette dernière n’a que faire d’un vaurien qui chaparde et passe son temps à se bagarrer contre les bandes de « métèques » d’immigrés. Elle préfère travailler à ses cours, après avoir aidé son père à l’épicerie, en journée. Mais la rencontre de la petite bande, avec Joseph « Joe » Bazilsky, véritable artiste de la fauche, va considérablement changer la vie de Al et ses amis, et leur permettre d’arrondir leurs revenus, en fricotant désormais avec la pègre locale. La vie, comme les habits, deviennent alors de meilleure qualité, même si Joe en veut toujours plus, jusqu’au « coup » de trop. Et lorsque le drame arrive, face à une bande rivale, Margaret s’éloigne à jamais de Al. Nous sommes à la fin des années 30, et l’horizon s’obscurcit considérablement sur la vieille Europe…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La vie d’un gosse de rue new-yorkais, des années 20 à la seconde guerre mondiale, contée en longues séances de flashback : tel est le résumé de ce premier opus de Bootblack. L’histoire, pour le moment assez basique, de gamins débrouillards, et toujours à la limite de la corde raide, dans une Amérique en pleine crise financière, s’avère particulièrement bien mise en valeur par Mikaël. Sur un échéancier de couleurs très sombres, comme dans un film noir, avec des gamins rachitiques et faciès taillés à la serpe, rien ne manque au tableau. On se délecte des ruelles étroites « qui puent la pisse », des immeubles qui défient le ciel et des scènes de bagarre où s’affrontent les bandes de gosses. Car, de fait, ce premier tome de Bootblack, « ne » sert qu’à nous placer l’ambiance générale de l’histoire de Al, dont on devine, au gré des pages, toute la contradiction. Il est en effet issu d’une famille d’immigrés allemand, mais il a eu la chance de naître sur le territoire américain. Il échappe donc, au sein de cette dure jeunesse, à être catalogué parmi les « métèques ». Bien lui en prend-il de cacher ses origines ? A t-il raison de suivre les plans de Joe, toujours plus avide d’argent, afin de se présenter à Margaret sous ses meilleurs habits, au risque de la perdre pour toujours ? Cette envolée dans les bas-fond de New-York jusqu’à l’hiver de la campagne des Ardennes, nous a véritablement mis en appétit afin d’attendre patiemment la suite. Merci Monsieur Mikaël.

voir la fiche officielle ISBN 9782505072577