parution 17 juin 2011  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Policier

Le Perroquet des Batignolles T1

L'énigmatique Monsieur Schmutz

Dans l’entourage de la Maison de la Radio, l’on tue pour s’approprier les fragments d’un message audio. Un preneur de son se lance dans une enquête piquante, quoique particulièrement verbeuse…


Le Perroquet des Batignolles T1 : L'énigmatique Monsieur Schmutz (0), bd chez Dargaud de Tardi, Stanislas, Thomas
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2011

L'histoire :

Ce jour là, Oscar Moulinet, preneur de son à Radio France, est malade. Du fond de son lit, il écoute évidemment… la radio ! Sur France Inter, Jean-Luc Hees interviewe alors la célèbre cantatrice Christina Vogelgesang, qui lui parle des comprimés pour la voix qu’elle emporte toujours avec elle, dans une petite boîte à musique de la forme d’un canard en or. Oscar reconnaît immédiatement la musiquette qui s’en échappe : c’est « l’entrecôte ». Car Edith, son épouse (la dame qui fait la météo marine sur la station), a exactement la même boîte à musique. Or, le lendemain, Oscar apprend aux infos que la cantatrice a été retrouvée morte au fond d’un lac… en compagnie de sa boîte à musique cabossée et ouverte. Oscar est décidemment intrigué par cet objet. Il n’est pas au bout de ses surprises : quand il rentre chez lui, il trouve Edith dans les pommes. Un inconnu vient juste de l’agresser pour lui voler le canard à musique ! Oscar donne la course au mystérieux agresseur, mais ce dernier parvient à s’enfuir par les toits. De retour à l’appartement, Oscar s’occupe d’Edith et scrute plus attentivement le boîtier musical. Avec sa belle-fille, il en extrait une bande magnétique, marquée du chiffre 7. Il l’écoute aussitôt et entend un fragment d’un intriguant message… plus long. Il en déduit que d’autres boîtes doivent contenir les autres bribes du message et décide d’enquêter. Il prend donc rendez-vous avec le célèbre sommelier Paul Rivoire, qu’il sait propriétaire d’une autre de ces boîtes. Mais en arrivant chez lui, l’homme vient d’être étranglé et sa boîte à musique a évidemment disparu…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Rares sont les héros à embrasser une profession aussi originale : dans cette aventure policière, Oscar Moulinet est en effet « preneur de son » à la Maison de la Radio parisienne. Rien de plus logique, étant donné que cette histoire imaginée par Jacques Tardi et Michel Boujut est à l’origine un feuilleton radiophonique diffusé à la fin des années 90 sur France Inter. Les auditeurs réguliers de la station se trouveront donc en terrain connu, en ce qui concerne les protagonistes : la dame de la météo marine (supprimée depuis lors), Jean-Luc Hees, José Artur… Les locaux de Radio France sont toutefois plus un contexte qu’un propos. Car une intrigue de polar se dégage rapidement : quelqu’un tue pour reconstituer un mystérieux message codé découpé en « x » bandes magnétiques cachées dans des boîtes à musique. La chasse au trésor à laquelle se livre le héros Oscar ressemble alors énormément à celle du Secret de la licorne (d’ailleurs les auteurs ne s’en cachent pas), et cette intrigue s’avère vraiment piquante. Pour autant, ce premier épisode (sur 4 prévus) déverse une sacrée densité de textes. A de nombreuses reprises, des cases sont mêmes entièrement dédiées aux dialogues, tant ces derniers sont nombreux ! Si le verbe est logiquement l’« outil » premier des émissions radio, le 9e art offre pourtant des possibilités visuelles, que cette adaptation BD n’emprunte que trop peu. A partir du trait simple et lisible du dessinateur Stanislas Barthélémy, la mise en scène est en effet particulièrement statique… Au comble du procédé, la première grosse occasion d’insuffler un peu de rythme et d’action (la poursuite de la p33) est volontairement passée sous ellipse et narrée avec une distanciation maximum ! Dommage…

voir la fiche officielle ISBN 9782205063608