parution 01 septembre 2006  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Historique

Le sang des Porphyre – cycle 1, T1

Soizik

Le collier d'une naufragée à son cou, une jeune bretonne se noue d'amitié avec le dernier fils d'une famille de parias, les Porphyre. Début d'une aventure romantique celtique enthousiasmante...


Le sang des Porphyre – cycle 1, T1 : Soizik (0), bd chez Dargaud de Yann, Parnotte
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2006

L'histoire :

Soizik n’y résiste pas : le beau bijou au cou de cette naufragé, morte noyée et échouée sur la plage, est trop tentant. Mais il faut se méfier du recteur, de ses coups de penn paz (bâton) et de la pénitence qu’il réserve aux pilleurs d’épaves. Aussi, dès qu’il apparaît sur la grève, elle planque le collier en catimini au cou d’une figure de proue flottant entre les rochers. Dès qu’elle a le champ libre, de nuit, elle retourne sur les lieux du naufrage récupérer son trésor. Bondissant de rochers en rochers, elle chute alors au milieu des esquifs. Entraînée par les courants, elle finit par réapparaître dans une grotte lacustre, sur les parois de laquelle sont sculptées de mystérieux visages tourmentés. Bizarrement, elle y rencontre un jeune homme, Gwemon, qui la sauve des tentacules d’une morgaze géante (pieuvre) habitante des lieux. Les deux adolescents se lient rapidement d’amitié. Gwemon présente alors son antre à Soizik : une caverne remplie des trésors de dizaines de naufrages. Emerveillée, cette dernière a même le droit d’enfiler une belle robe, en remplacement de ses vêtements mouillés…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Historiquement située à la fin du XVIIIe siècle, au fin fond de la Bretagne traditionnelle, cette aventure celtique fleure logiquement les embruns et le varech. Au scénario, le breton Balac (Yann Balac’h), déjà auteur du tome 1 du Sambre culte de Bernard Yslaire, réitère avec la veine romantique. Le scénariste articule ce premier volet autour d’une idylle adolescente, d’un collier volé qui n’a visiblement pas finit de faire parler de lui et d’une famille maudite, les Porphyre du titre. Impeccablement rythmé, cet épisode d’exposition nous laisse entrevoir une aventure très prometteuse, en outre superbement illustrée. Car le véritable atout de cette série est une nouvelle fois le dessin de Joël Parnotte, qui vient juste de terminer l’excellente « quinqualogie » les Aquanautes. Toujours juste, son coup de crayon s’inscrit dans des cadrages parfaitement équilibrés et un découpage exemplaire. Les amateurs retrouveront dans ses personnages quelques traits caricaturaux empruntés aux Aquanautes (Soizik ressemble à Mikki, Konan Porphyre à Nando, Korentin à Zarko…). En outre, le dessinateur abandonne cette fois sa coloriste habituelle, Delphine Rieu, pour réaliser lui-même la colorisation de ce premier tome. Le résultat est très convaincant, dans le ton parfait du romantisme du récit. Un excellent départ !

voir la fiche officielle ISBN 9782505000051