parution 01 juin 2007  éditeur Dargaud  collection Poisson pilote
 Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Le singe qui aimait les fleurs

Vernish, un singe solitaire qui aime les fleurs, cherche l'amitié en ravitaillant un congénère accro au Coca-Cola. Une fable zoomorphique, subtile et poétique, pleine de questions essentielles...


Le singe qui aimait les fleurs, bd chez Dargaud de Krassinsky, Schwendimann
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2007

L'histoire :

Solitaire, le singe nasique Vernish habite dans la forêt équatoriale, sur les rives du Kinabatangan (Malaisie). Il est sympa, Vernish. Trop sympa. Son truc à lui, c’est les fleurs. Il en ramasse tout le temps, et en offre parfois à son pote Koola. Enfin, son pote… Disons qu’il aimerait bien que Koola soit son pote. Koola est un autre nasique, tout aussi solitaire, mais plus grincheux (plus baraqué aussi), qui s’est fait son nid dans la carcasse d’un avion tombé il y a fort longtemps. Koola, lui, les fleurs, ça l’agace et pas qu’un peu. Résultat : le gentil Vernish se fait régulièrement envoyer paître. Du coup, Vernish est un vrai solitaire. D’autant plus solitaire que les autres singes de la bande à Sivanesh le harcèlent dès qu’il a le malheur de pointer son museau dans leurs parages. Ils lui balancent de la merde sur la gueule ou ils lui foutent de véritables raclées. Un jour, Vernish repère un campement militaire américain. Précautionneusement, il s’approche et pique une bouteille de Coca-Cola® dans un casier, puis la rapporte à Koola pour gagner sa considération. Dubitatif au début, Koola se l’ingurgite d’une traite et en réclame immédiatement une autre. Puis une autre. Puis une autre. Une amitié est-elle née ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Voilà un curieux petit récit en one-shot, emprunt de poésie mais subtilement chargé de questions philosophiques douces-amères… Tout d’abord, on (re)découvre un trait fin, légèrement anguleux, colorisé avec retenue : la patte de Jean-Paul Krassinsky, qui donne ici la part belle à la jungle et à la nature. Les héros animés par l’auteur sont des singes nasiques (ceux qui ressemblent à Rastapopoulos dans Vol 714 pour Sydney). La seule part d’anthropomorphisme que se permet Krassinsky tient dans leurs dialogues (fendards). Car le reste de leurs occupations est relativement fidèle à ce qu’on pourrait attendre du quotidien d’un nasique : manger, cueillir, se balader d’arbres en arbres, se chamailler avec les congénères, et éventuellement chouraver des trucs aux humains. Ici, l’objet de la convoitise (et de la « rupture ») est une bouteille de Coca – un produit manufacturé qui s’avère particulièrement courtisé en milieu sauvage, depuis Les dieux sont tombés sur la tête. L’ensemble compose une fable sur l’amitié et l’exclusion un peu étrange dans sa finalité, mais qui suscite également de vastes réflexions sous-jacentes tout azimut. La déviance est-elle le terreau de l’exclusion ? La démarche de socialisation est-elle nécessaire ? Quelle quote-part resterait-il de nos amitiés, une fois débarrassées de toute substance mercantile ? Tantôt amusant (le coup du croco), tantôt violemment pénétrant, chacun peut y trouver midi à sa porte, mais tout le monde passera un très agréable moment de lecture.

voir la fiche officielle ISBN 9782205059502