parution 19 mars 2010  éditeur Dargaud  Public enfant / ado / adulte  Thème Humour, Western

Rantanplan T19

Morts de rire

Un énième recueil de gags du chien plus bête que son ombre, au sein de son pénitencier du far-west. Un classique, indémodable, qui aurait même tendance à se bonifier...


 Rantanplan T19 : Morts de rire (0), bd chez Dargaud de Fauche, Léturgie, Janvier, Morris
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2010

L'histoire :

Rantanplan est un chien sans élégance, qui n’a que deux neurones, vivant au sein d’un pénitencier perdu au fin fond du far-west américain. Le gardien de prison Pavlov s’en occupe néanmoins avec tendresse, sans doute ébahi par le potentiel de stupidité abyssale dont fait preuve l’animal. Généralement, le chien se réveille de sa sieste, assez mal luné, lorsque son estomac est vide. Il se repait alors comme un goinfre de la pâtée qu’on lui file (quand il ne pique pas le gigot du directeur), pour aussitôt ensuite, faire une petite sieste digestive. Lorsqu’il s’en tient là, à la rigueur, ça va encore. Le problème découle des tentatives humaines pour le rendre utile. Par exemple, pour retrouver des prisonniers évadés (il aide ces derniers, bien involontairement) ; pour les surveiller dans la cour du pénitencier (il mord les fonds de culotte des gardiens), pour deviser sur la métaphysique ou les forces de la nature (il comprend tout de travers, et le prouve)…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Aucune surprise au menu de ce 19e opus classique de gags, qui ré-exploitent avec bonheur le caractère désespérément crétin de Rantanplan, personnage canin parodique de Rintintin. Depuis son apparition en 1962, au sein du 17e Lucky Luke (Sur la piste des Dalton), ce couillon de chien presque cinquantenaire a largement eu le temps de faire le tour de la vacuité intellectuelle. Heureusement, la connerie est un puits sans fond : Xavier Fauche et Jean Léturgie trouvent encore de quoi renouveler ses bévues au sein de 92 gags (à raison de 2 strips par planches). Et cette fois, on note un mieux sensible au niveau de leur efficacité : les gags sont moins nigauds et/ou consensuels que lors des derniers opus. Certes, une nouvelle fois le chien le plus con de l’ouest se noie, se cogne, se bâfre, se prend des roustes par Tommy le chat, pique des roupillons, ou boulotte ce qu’il ne faut surtout pas boulotter (chaussettes sales, tas de feuille morte, pigeon voyageur, gigot du directeur, escargot, marionnette, trèfle à quatre feuilles, volant de badmington…)… Mais il y a parfois jusqu’à 2 ou 3 ressorts comiques pertinents par strip. Enfin Michel Janvier met le tout en images sur la ligne graphique ultra respectueuse de feu Morris. Un classique, tout public.

voir la fiche officielle ISBN 9782884712750