parution 01 novembre 2006  éditeur Delcourt  collection Conquistador
 Public ado / adulte  Thème Science - fiction, Anticipation, Aventure - Action

Aquablue T11

La forteresse de sable

A l'image d'un Nao « sous vide », asséché de ses fluides vitaux par une méchante reine-arachnide, Aquablue semble avoir perdu son essence. Conclusion d'un diptyque décevant de série B.


 Aquablue T11 : La forteresse de sable (0), bd chez Delcourt de Cailleaux, Siro, Araldi
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2006

L'histoire :

Lors de fouilles archéologiques sur la planète Tetlaam, l’équipe du professeur Marélien parmi laquelle se trouve Nao, libère une maléfique reine arachnide, Marachna. Persuadée (à tord) que Nao est le descendant de l’assassin de son bien-aimé, la reine Marachna enlève le jeune homme et s’enfonce dans le désert en direction d’une forteresse ondoyant sur les sables mouvants. Une fois ce mystérieux fortin atteint, la reine entreprend de lui faire subir le rituel à l’aide du terrible baiser d’Arakh, pour ressusciter son bien-aimé. Mais à son terme, elle doit se rendre à l’évidence : Nao est innocent et le rituel est un fiasco. Ce dernier est alors abandonné dans le désert, vidé de ses fluides vitaux, avec l’apparence d’un vieillard… et une infime espérance de vie. Recueilli par une caravane indigène, il est alors soigné par son ancien compagnon de cellule Numar. En buvant en sa compagnie une eau magique, Numar accède à ces récents souvenirs et s’aperçoit que le coupable que cherche Marachna n’est autre que le despotique Salmir Nassul…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pfff… Bien qu’attendue depuis 2 ans, la conclusion de ce diptyque est à l’image de sa mise en bouche : décevante. En fait, bien que délassantes, ces aventures arachno-désertiques sont au mieux stéréotypées, au pire insipides. Les évènements fantastico-futuristes louchent du côté du film la Momie (et encore, le 2 !), c’est dire si le scénar est profond et pertinent… Le scénariste Thierry Cailleteau est vraiment meilleur lorsqu’il fait dans la parodie (Anachron ou l’antique Stan Pulsar !) ou dans le carnage assumé (Cryozone). Heureusement, il reste le dessin dynamique de Siro pour se consoler. Précis, travaillé, rythmé, si le résultat est de fort bonne facture, le coup de crayon est tout de même loin du talent d’Olivier Vatine (le dessinateur initial de la série). S’appuyant sur des encrages et des cadrages impeccables, sa patte change néanmoins le ton originel d’Aquablue, celui qui fit son succès (et lança véritablement les éditions Delcourt). Aujourd’hui, Nao a un peu une tronche de pré-ado constipé (cf planches 28-29), surtout dans la posture ridicule qu’il adopte en couverture. En outre, le voilà incapable de résister aux charmes d’une nouvelle venue, quitte à tromper sa dulcinée (le salopiot !). Aïe aïe aïe… qu’il est loin le fier héros des premiers épisodes !

voir la fiche officielle ISBN 9782756004006