parution 15 février 2017  éditeur Delcourt  collection Machination
 Public ado / adulte  Thème Thriller

Dark Museum T1

American Gothic

Origines horrifiques (et fantasmées !) du célèbre tableau American gothic, représentant un fermier puritain tenant une fourche, à côté de sa fille célibataire. Un délire too much d’hémoglobine, pour première greffe d’une idée de série originale.


 Dark Museum T1 : American Gothic (0), bd chez Delcourt de Alcante, Gihef, Perger
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2017

L'histoire :

En 1930, un photographe et son assistant se rendent en immersion à la foire agricole d’Eldon, dans l’Iowa. Avec leur appareil sur trépied et à soufflet, ils saisissent des scènes authentiques de la vie rurale. Un berger et ses moutons ; un vagabond en recherche d’emploi ; un fermier chauve, à la mine patibulaire, fourche à la main, accompagné de sa fille célibataire. Ce dernier cliché de famille puritaine lui servira plus tard à faire une peinture restée célèbre : American gothic. La photo prise, le fermier Lazarus Henkel et sa fille Epiphany prennent à pied le chemin du retour vers leur patelin, Watermills. Chemin faisant, ils abordent la question de leurs soucis financiers et de la mauvaise santé de Caleb, le frère d’Epiphany. Car les soins coûtent cher, or la grande dépression a autant ravagé cette région des grandes plaines que le Dust Bowl (des tempêtes de poussière récurrentes). Mais à Watermills, le vent de révolte populaire se concentre sur le maire Bixby qui a autorisé l’installation d’un grand cirque aux abords du village. On reproche en effet aux forains d’assécher le réservoir local de toute son eau. Lazarus ne porte pas franchement Bixby dans son cœur depuis que ce dernier, dans un état d’alcoolémie avancée, a tué accidentellement sa femme. Et tandis que le cirque se monte, les Henkel cherchent un moyen de nourrir la famille. La providence va se charger d’une solution. En effet, la nuit suivante, une voiture s’encastre dans un poteau électrique à côté de leur propriété. L’odeur du chauffeur en train de brûler rappelle curieusement aux Henkel celle du poulet grillé…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La peinture American Gothic de Grant Wood est populaire dans l’art du XXème siècle américain, au point d’être souvent représentée et parodiée (Les Simpsons, Desperate Housewifes…). A travers cette histoire en one shot, les scénaristes Alcante et Gihef imaginent un contexte horrifique à cette évocation d’une famille rurale américaine. Ils inaugurent ainsi la série-concept Dark museum qui cherchera à chaque fois à donner des explications horribles à de célèbres œuvres picturales comportant un aspect morbide. Mais revenons à nos puritains. Les scénaristes étayent leur récit d’horreur sur l’époque et le marasme des années 30. Nous sommes alors en pleine « grande dépression », amplifiée dans les vastes plaines de l’Iowa par le phénomène du Dust Bowl : de gigantesques tempêtes de poussières viennent régulièrement étouffer et assécher la production agricole. Le vieux veuf austère et sa fille moche et célibataire cherchent donc un moyen de survivre, tout en redonnant des forces au fiston malade. Sans trop spoiler, avouons que leur version ultra-cannibalesque charge tout de même beaucoup la barque. Ce faisant, ils embrassent sans scrupule les sentiers de la série B horrifique et baignent littéralement dans le cahier des charges narratif qu’ils se sont fixé. Sous les somptueux pinceaux de Stéphane Perger, souvent monochromes et sanguins lorsque l’horreur pointe, l’hémoglobine coule à flot et pour ce faire, la fourche est un accessoire précieux. Et pas que. Rassurons-nous, cette version fictive et délirante s’éloigne beaucoup de la symbolique du puritanisme véhiculée par l’œuvre. Pour la petite histoire, Grand Wood a en réalité représenté son dentiste dans le rôle du fermier (au faciès sévère) et sa sœur dans celui de sa fille (complexée). Mais pourquoi faire simple quand on peut faire gore ?

voir la fiche officielle ISBN 9782756062082