parution 05 octobre 2005  éditeur Delcourt  collection Sang froid
 Public ado / adulte  Thème Policier

Deuxième époque ce qui est à nous T5

Capo di tutti capi

Fin 1931, en éliminant indirectement les chefs de la mafia new-yorkaise, Lucky Luciano devient le Capo di tutti capi. Conclusion du second cycle de l'histoire de la mafia américaine.


Deuxième époque ce qui est à nous T5 : Capo di tutti capi (0), bd chez Delcourt de Chauvel, Le Saëc, Smulkowski
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2005

L'histoire :

New York, 1931. Le dernier acte de la guerre des Castellamarais, la « famille » mafieuse d’origine sicilienne dans son sens large, pour le contrôle de la ville est sur le point de se jouer. Les deux gros bonnets antagonistes s’appellent alors Don Salvatore Maranzano et Joe Masseria, dit Joe le patron. Une guerre fratricide oppose les deux clans, faisant parmi ses victimes de nombreux seconds couteaux, mais sans jamais remonter jusqu’à la tête. C’est alors que Lucky Luciano, caïd montant sous les ordres de Masseria – et futur maître de la ville – décide de tirer son épingle du jeu. En accointance avec Maranzano, il organise un guet-apens à son boss en l’invitant au restaurant. A la fin d’un repas bien garni, alors que la table est progressivement désertée, Masseria ne se doute de rien et digère seul, paisiblement. C’est alors que 3 flingueurs pénètrent dans la salle et vident froidement leurs chargeurs sur lui. Cet assassinat arrange un peu tout le monde car il permet de réorganiser les « affaires » quartier par quartier…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Au terme de ce second cycle de l’histoire de la mafia américaine, Lucky Luciano est enfin le Capo di tutti capi (littéralement traduit par « le chef de tous les chefs »). Album après album, l’hécatombe parmi les gros bonnets de la mafia devait inévitablement aboutir à ce résultat… Ce faisant, David Chauvel poursuit scrupuleusement et régulièrement son grand œuvre, à savoir le récit de la création du syndicat du crime américain, relaté en détail et s’appuyant sur moult références bibliographiques (voir les 5 planches d’annotations en fins d’albums). A priori, un troisième cycle devrait suivre, puis un quatrième, etc. Pour tenir le rythme, le graphisme d’Erwan le Saëc ne peut se permettre de faire dans le raffinement extrême… Comme à son habitude, le dessinateur livre un trait un peu approximatif dans les détails des personnages, inspiré par les photos d’époque. Il est donc toujours difficile de différencier tous ces gominés en costard, surtout avec des noms et des surnoms qui se ressemblent… Heureusement la clarté de la mise en scène et la superbe colorisation de Scarlett rendent l’ensemble tout à fait lisible.

voir la fiche officielle ISBN 9782847899191