parution 23 mai 2012  éditeur Delcourt  collection Encrages
 Public ado / adulte  Thème Politique

Garduno en temps de paix

Prise de conscience de l’état de notre monde, appel à la révolte : cette BD fortement engagée est aussi une belle prise de conscience.


Garduno en temps de paix, bd chez Delcourt de Squarzoni
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2012

L'histoire :

Philippe Squarzoni raconte son long cheminement vers la vérité : vérité sur le monde qui nous entoure, vérité sur l’économie mondiale, vérité sur la politique mondiale, vérité sur les guerres et les conflits méconnus, vérité sur la lutte Zapatiste. Philippe se penche intensément sur la situation économique actuelle et comprend que le monde entier est lié à la puissance de l’argent. Le libéralisme à outrance, la recherche absolue de profits, les alliances économiques ne font que creuser les inégalités entre les pays et entre l’hémisphère nord et sud. La mondialisation, tant vantée aujourd’hui, creuse même un écart vertigineux entre les riches et pauvres au sein même des pays occidentaux. Comment vivre dans un tel système inique ? C’est là que le pouvoir des médias rentre en jeu : Philippe clame haut et fort que les journalistes sont de bonne foi, mais englués et manipulés dans ce système économique extrême. Du coup, ils peuvent facilement défendre ces valeurs quand leur salaire atteint des millions d’euros à l’année… Les hommes politiques sont eux-mêmes soumis à cette nouvelle force qu’est l’argent et la recherche du profit. Alors que faire quand on connaît cette réalité ? Tout au long de sa bande dessinée, Squarzoni prend l’exemple des Zapatistes qui n’ont jamais cessé de résister. Il y a un village au Mexique qui porte le nom de Garduno en temps de paix et Zapata en temps de guerre…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Cette bande dessinée est un essai politique. Philippe Squarzoni martèle régulièrement le même message, pages après pages : les multinationales et les grands riches ont construit le monde actuel et ses inégalités. Comme une sorte de message obsessionnel, Squarzoni revient toujours à la même théorie en tentant de prendre le problème dans son ensemble : le monde politique, les relations internationales, l’information… il interroge même son père économiste et aboutit à cette conclusion sans appel que l’économie libérale est responsable de tous les maux d’aujourd’hui : soumission des partis politiques, précarité de l’emploi, misères humaines, guerres… Au gré de ses réflexions et au fur et à mesure des exemples marquants, Philippe répète inlassablement que l’argent est le nouveau chef mondial. Comme un refrain assourdissant, l’auteur se plaît à se répéter pour mieux accuser les grandes entreprises, les lobbies et les multinationales. L’homme est tellement asservi qu’il faut lui rappeler sans cesse cette vérité oubliée et pourtant évidente que l’économie mondialiste est une nouvelle dictature dangereuse car insidieuse. A ce titre, les chiffres donnés comme exemple sont autant de brûlots : le lecteur se sent coupable de participer à cette immense inégalité révoltante. La dénonciation est forte et se double d’une recherche graphique déstabilisante. Squarzoni mélange les styles : photos, dessins, caricatures, portraits… le tout dans une vaste reconstitution du XXIème siècle. Son trait est étonnamment fin et réaliste, mais ce qui déroute le plus est le mélange des genres : pour rendre son récit plus violent, il n’hésite pas à trouver des cadrages chocs, des images poignantes ou même des dessins réalistes mêlés à des inventions loufoques. Le tome se termine par un appel fort : l’appel à la lutte idéologique et au refus de laisser ce monde économique nous gouverner. En effet, Squarzoni ne cache pas son admiration pour le combat des Zapatistes au Mexique. Cette lutte désespérée ouvre une porte d’espoir et de salut. Elle ouvre aussi sur l’autre partie d’un diptyque : Zapata en temps de guerre. Cette réédition (cette œuvre était au départ publiée chez Les Requins Marteaux) chez Delcourt offre une bande dessinée forte et dérangeante, où l’auteur crie son mal-être devant une société qu’il n’accepte plus. Le ton profondément révolutionnaire et très direct pourra en « dégoûter » plus d’un… mais c’est peut-être ça « ouvrir les yeux » !

voir la fiche officielle ISBN 9782756030951