parution 09 juin 2010  éditeur Delcourt  collection Neopolis
 Public ado / adulte  Thème Historique, Mondes décalés, Politique

Jour J T2

Paris, secteur soviétique

En 1951, la frontière entre les blocs de l'Ouest et de l'Est traverse Paris, et non Berlin. Dans ce contexte d'espionnage tendu, un serial killer menace la paix mondiale. Une super idée d'uchronie, déroutante dans ses développements...


 Jour J T2 : Paris, secteur soviétique (0), bd chez Delcourt de Pécau, Duval, Sejourne, Verney
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2010

L'histoire :

En raison d’une forte tempête, le débarquement allié de juin 44 en Normandie a été un échec : les américains ont reporté leur intervention à plus tard, à partir de la Provence. L’année suivante, le général de Gaulle se crachait en avion au dessus de la Méditerranée. Néanmoins, le IIIe Reich a bel et bien été vaincu, par l’alliance Atlantique d’un côté et les soviétiques de l’autre. La ligne frontière entre ces deux blocs s’est donc établie le long de la Seine, coupant Paris en deux (comme aurait pu l’être Berlin, dans un autre pan de la réalité…). Dans ce contexte, Emile Saint-Elme, agent du renseignement français, tente d’exfiltrer une espionne de la zone soviétique, la République Populaire Française, située rive droite (nord de la Seine et de la France). Mais au check point Charlie de l’île de la Cité, la jeune femme est abattue in extremis par les soviétiques. Parallèlement à ce « fait divers », les américains et les anglais s’affolent : les russes viennent d’acquérir la bombe A. officiellement, les deux blocs préparent une conférence de l’ONU pour établir des protocoles de paix. Toutefois, il ne faudrait pas que ce sommet soit perturbé par cette affaire de tueur de prostituées, qui sévit dans le secteur de Pigalle. Saint-Elme est donc officiellement autorisé à traverser la frontière pour mener une enquête conjointe avec la capitaine-camarade Donnadieu. Mais cette contribution est purement politique : les rouges ont d’ores et déjà bien avancé sur le dossier…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après avoir imaginé la conquête de la lune par les soviétiques, Jour J s’attaque à une seconde et indépendante « uchronie » (l’Histoire qui aurait pu être, si un grain de sable s’était glissé à un moment clé). Le scénariste Jean-Pierre Pécaud, spécialiste de l’exercice (Empire, L’histoire secrète…) détermine cette fois un tout autre découpage de l’Europe à l’issu de la seconde guerre mondiale. En effet, ces années 50 parallèles se déroulent après que le débarquement allié ait capoté et que De Gaulle se soit craché en avion. Résultat : ce n’est pas Berlin qui est morcelé en plusieurs secteurs, sous domination occidentale et soviétique, mais Paris ! Il y a donc un terrain propice pour mettre en place des jeux d’espions d’un côté et de l’autre de la Seine, séparés par des check point (dont un sous la tour Eiffel à moitié détruite). Néanmoins, la trame d’espionnage se double d’une affaire de serial-killer, dont l’implication sur l’équilibre de la paix mondiale peine à convaincre. L’idée de départ est donc une nouvelle fois excellente, mais son développement déroute. Emballé par l’amusement que doit procurer la réécriture de l’Histoire de notre XXe siècle, Pécaud table beaucoup sur ses solides connaissances historiques, « mécaniques », aux dépends du suspens, du souffle lyrique. Le récit est tout de même plus fluide que sur ses Histoires secrètes, certainement grâce à la co-scénarisation de Fred Duval. L’un des aspects sympathiques se situe aussi dans l’utilisation de personnalités pleinement dans leurs rôles, malgré le décalage du contexte (Sartre, Duras, Camus, le docteur Petiot, le sulfureux Béria…). Enfin, les encrages réalistes de Gaël Séjourné, dans une ambiance crépusculaire (90% de l’album se déroule la nuit ou dans l’obscurité), sur 54 planches, sont un véritable atout ; ainsi que la superbe couverture de Manchu et Fred Blanchard.

voir la fiche officielle ISBN 9782756018683