parution 22 avril 2009  éditeur Delcourt  collection Ex-libris
 Public ado / adulte  Thème Historique, Chronique sociale, Sentimental

Le père Goriot, de Balzac T1

En accord avec son ambition de parvenir au sein de la haute société parisienne, Eugène de Rastignac sympathise avec un pensionnaire voisin, le père Goriot. Un début d'adaptation convaincant du célèbre roman de Balzac...


Le père Goriot, de Balzac T1, bd chez Delcourt de Lamy, Thirault, Duhamel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2009

L'histoire :

En 1813, Monsieur Goriot s'installe à la pension de famille parisienne de Madame Vauquer. Son mobilier, ses biens de valeur, ses manières distinguées, mettent en confiance sa logeuse, qui voit en lui un locataire rassurant (pécuniairement parlant). Il fait alors rapidement les gorges chaudes des autres pensionnaires, avides de cancans en tous genres, en recevant à deux reprises d'élégantes jeunes femmes qu'il présente comme étant ses filles... Tous croient alors qu'il entretient de dispendieuses maîtresses. 6 ans plus tard, les choses ont bien changé, alors que la pension s'apprête à accueillir un nouveau locataire en la personne d'Horace Bianchon. Lors de sa première visite de la maison, son cousin Eugène de Rastignac lui explique, avec un certain amusement, la règle de classification sociale des occupants en fonction de l'étage : plus on habite haut, moins on est riche. Or, au dernier étage de l'immeuble, dans un grenier transpercé d'infiltrations, loge celui qu'on appelle désormais le « père Goriot ». Aux heures des repas, les pensionnaires de la veuve Vauquer rivalisent de moqueries à son égard, sans que cela n'émeuve jamais le pauvre bougre, totalement passif. Notamment, le dénommé Vautrin, un homme aisé, âpre et sanguin, impose sa loi aux gens de la pension. Rastignac, noble désargenté qui ne cache pas son ambition de parvenir au sein de la haute société parisienne, se fera pourtant le défenseur de Goriot, dès lors qu'il tombera sous le charme de ses filles, qui elles, l'ont quasiment renié...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les scénaristes Thierry Lamy et Philippe Thirault entament ici l'adaptation du célèbre roman d'Honoré de Balzac, fondateur de sa Comédie Humaine, prévue en diptyque. A l'instar du récit original, sans le dénaturer le moins du monde, ils brossent un portrait au vitriol de la bonne société bourgeoise parisienne sous la Seconde Restauration (règne de Louis XVIII). Car l'objet de l'oeuvre de Balzac demeure la peinture réaliste des moeurs de son époque, des jeux de séductions, de pouvoirs et de richesses, auxquels il participa pleinement au cours de sa vie. Guidé par Eugène de Rastignac, véritable héros du roman, on découvre donc ce monde du paraître et de l'hypocrisie : toutes et tous ont des amants et des maîtresses, plus ou moins officielles et pourtant, lorsque ces relations se trouvent publiquement établies, elles suscitent le scandale. Mais cette histoire est aussi une histoire d'amour (de Goriot pour ses filles) et d'amitié (le respect de Rastignac pour Goriot), sur laquelle se greffe une certaine tension, grâce au personnage de Vautrin... qui révèlera assurément toute sa puissance néfaste au prochain volume. Le dessin est assuré par Bruno Duhamel, qui oeuvrait jusqu'à présent dans un registre plus humoristique, voire quelque peu fantasque (Kochka, Harlem...). Son joli coup de crayon semi-réaliste, très expressif, s'accommode néanmoins fort bien de ce cadre historique précis. Les tenues de ces dames, les décors des salons mondains, les toitures et architectures luxuriantes des bâtiments, tout est parfaitement en place un plaisir de lecture intégral...

voir la fiche officielle ISBN 9782756013718