parution 03 octobre 2018  éditeur Delcourt  collection Mirages
 Public adulte  Thème Policier, Erotique

Polaris - La Nuit de Circé

Une inspectrice de police enquête sur le meurtre d’une jeune femme liée à un cercle très fermé d’échangistes, qui ont porté l’érotisme au rang d’art. Un thriller intéressant qui décortique d’incroyables pratiques sexuelles…


Polaris - La Nuit de Circé, bd chez Delcourt de Vehlmann, de Bonneval
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2018

L'histoire :

Jeanne Condorcet, lieutenant de police à Paris, profite de son célibat pour multiplier les aventures d’une nuit avec différents mecs rencontrés sur Internet. Elle ne dit jamais qu’elle est policière – trop la honte ! – et invente à chaque mec un nouveau métier, pour mieux se repérer : kiné, assistante sociale, trapéziste… En journée, son boss l’envoie sur la scène d’un homicide tout frais. Dans un vaste appartement vide, une jeune femme git nue sur le plancher, l’air extatique, a priori étranglée. L’enquête méticuleuse débute par un nom : Elise Eternay. Puis par l’analyse des caméras de vidéo-surveillance et des appels depuis son téléphone portable qui ont borné approximativement à l’heure du meurtre. Une voiture trop rapide est repérée. Mais lors de la visite chez le propriétaire, on découvre ce dernier pendu ! Un document étrange est aussi retrouvé au domicile de la victime : un leporello (une longue bande de papier pliée en accordéon) avec des dessins et des schémas bizarres, titré « Erosismogramme, pour Circé ». Le mystère s’épaissit. Tout cela ressemble à un meurtre sexuel, lors d’une séance SM qui aurait mal tourné. Les deux familles ne portant pas plainte, l’affaire publique est sur le point d’être ainsi classée. Mais c’est mal connaître Jeanne Condorcet, que les milieux érotiques parisiens intriguent. Elle poursuit l’enquête de son côté et interroge une vieille femme nommée Ichka Gallia, liée au cercle de jeux sexuels baptisé « Circé », réservé aux initiés…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ha « l’érotisme », vaste programme… Quand on lâche le mot, notamment en BD, on ne retient souvent que des prétextes à un empilement de scènes de cul, plus ou moins zoomées, savamment posturées, disproportionnées et abondamment visqueuses. Les auteurs Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval ne mangent pas de ce pain-là. Ils sont déjà allé tout au bout du registre de la science-fiction, avec les pointus Derniers jours d’un immortel et s’attaquent aujourd’hui, de la même manière, au… sexe. Polaris ou la nuit de Circé est donc bel et bien à classer parmi les albums réservés aux plus de 18 ans ; mais ceux qui ont envie de se palucher peuvent passer leur chemin. Dans ce one-shot tourné comme un thriller, il est surtout question d’intellectualiser l’érotisme, d’en décortiquer les pratiques les plus obscures, secrètes, inavouables et/ou hermétiques. Pour le bonheur du lecteur qui aura l’audace de suivre l’enquête, l’héroïne inspectrice de police est intriguée par ce milieu très fermé, et plutôt ouverte à leurs pratiques originales et inventives, qui dépassent le cadre du vice pour accéder à celui de l’art. Quelles pratiques, crénom de crénom ? Qu’est-ce qu’un érosismogramme ? Qui a tué Elise ? On ne vous révélera rien, mais toutes les réponses sont dans Polaris. A en croire ses remerciements en début d’album, Vehlmann a vraiment poussé les recherches sur le sujet. De fait, les cheminements psychologiques qui amènent les personnages à pratiquer cet « art » pourront vous paraître parfois confus… tout comme le cheminement de l’enquête, qui alterne deux types de séquences (la narration au présent au côté de Jeanne, et des flashbacks au côté d’Elise). Mais à milieu hermétique, explications hermétiques… la logique est respectée. Gwen de Bonneval dessine l’ensemble majoritairement en noir et blanc (traits encrés, arrières plans crayonnés), se laissant aller à de rares moments à diverses techniques en couleur, lorsque l’onirisme le permet. Saviez-vous vraiment, avant, ce qu’était le sexe ?

voir la fiche officielle ISBN 9782756074108