Sois vicieux, bd chez Delcourt de Schultheiss ©Delcourt édition 2010

Sois vicieux

En haut d'une grue, un homme et une femme font l'amour. Mais encore plus que leur corps, ce sont leurs mots qui jouent. Un noir et blanc et des textes soignés, au secours d'une absence de scénario.

L'histoire : Il y a une rencontre. Un verre de whisky. Une nuit torride presque irréelle, le chant des pneus sur l’asphalte puis les docks et cet étrange géant métallique : la grue. Rouillée, muette et froide, elle vibre pourtant lorsque tous les deux gravissent son échelle d’acier. Elle sent peut-être déjà leur corps danser, impatients de se découvrir. Tout en haut, il est chez lui. Il propose une cigarette, sert du champagne. Elle lui offre un premier jeu : la regarder s’accroupir, faire glisser sa culotte et soulager sa vessie. L’observer pisser lui plait bien plus qu’il ne l’aurait cru. Et ce n’est qu’un début. Les corps s’électrisent à mesure qu’ils se regardent fixement. Il la veut. Elle lui précise qu’il n’aura rien. Ou plus exactement qu’elle hurlera s’il tente d’introduire sa verge dans un de ses orifices. Aucun problème. Il lui propose un marché : tout lui faire, tout essayer jusqu’à ce qu’elle crie…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Pour la faire courte (n’allez pas y voir une quelconque allusion à une partie de l’anatomie du principal protagoniste, au contraire plutôt calibré pour la compétition), on pourrait se contenter de dire que l’album propose de suivre les ébats d’un couple, puis d’un trio, tout en haut d’une grue. Réduire le travail de Mathias Schulteiss à cette plate description (rien à voir non plus avec la poitrine de l’autre protagoniste, elle aussi plutôt calibrée…) serait pour autant manquer d’objectivité. Car s’il est vrai qu’on se lasse vite de jouer les voyeurs, il faut reconnaitre un joli brin de plume à l’auteur, qui a vraisemblablement choisi de faire, du verbe, un acteur à part entière. Ici, en effet, plus que les actes, c’est leur description antérieure qui sert d’excitant. Une joute verbale précédant la rencontre des corps, dans laquelle s’entrelacent poésie et langage poivré. D’ailleurs, pour bien mettre les mots en valeur, Schulteiss a choisi de ne pas les mêler à ses lavis en noir et blanc : les uns à droite, les autres en colonne à gauche, avec un lettrage différent pour chaque locuteur. Au final, plus que le vice, ce sont les mécanismes du désir qui sont mis sous la loupe : l’exquise frontière entre violence, amour, plaisir et pulsion. Au-delà de cette approche intello du boulot, chacun restera seul juge des émotions suscitées, qu’il s’agisse du texte ou du coup de pinceau tout aussi doux que nerveux. Pour notre part : un peu longuet et pas franchement enrichissant.

  • scénar dessin


16 mai 2010



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et



prix 16.50-5% = 15.68

sur


Sois vicieux, bd chez Delcourt de Schultheiss ©Delcourt édition 2010

01 avril 2010

Delcourt

Erotix

voir la fiche officielle

9782756019987

ado / adulte

Erotique

Sois vicieux série terminée en France
1 album paru, 1 prévu