parution 15 février 2012  éditeur Delcourt  collection Histoire & Histoires
 Public ado / adulte  Thème Historique, Guerre

Souvenirs de la grande armée T4

1812 - Les chasses du conte Joukhov

Les descendants du Belge découvrent dans ses souvenirs écrits son témoignage de la terrible retraite de Russie et son épreuve face à un cruel guerrier cosaque. Dernier épisode – macabre ! – d’une série historique instructive sur la Grande Armée.


 Souvenirs de la grande armée T4 : 1812 - Les chasses du conte Joukhov (0), bd chez Delcourt de Dufranne, Alexander, Fernandez
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2012

L'histoire :

Sous le second empire, une petite assemblée assiste aux obsèques du « Belge », qui jadis a combattu au sein de la Grande Armée napoléonienne. Ses deux fils Charles et Raymond ne s’apprécient pas et se séparent sans disputer son héritage. La triste journée passée, c’est sa belle-fille Eléonore qui entreprend de lire les nombreux carnets de souvenirs qu’il a légué à sa famille. Ce sont des notes rédigées tout au long de ses campagnes guerrières, et qui ont le don d’énerver prodigieusement Charles. Ce dernier nourrit en effet un puissant ressentiment envers l’engagement de son père et ses années d'absence. Eléonore entame le récit alors que le Belge relate son transit à Mayence, en 1812. Ses proches camarades sont morts, il trimballe désormais son spleen en participant, tel un vieux grognard, à la vaste campagne de Russie. Cette campagne allait s’avérer victorieuse mais terrible, lors de la retraite des troupes, durant l’hiver 1812-1813. Sans approvisionnement suffisant ni équipement adapté, la puissante armée est alors décimée par un froid redoutable et les raids incessants de groupes cosaques…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il était logique de terminer cette série historique par un épisode se déroulant durant la sinistre retraite de Russie, qui fut responsable en majeure partie de la chute du Premier Empire. Ce tome 4 débute pourtant bien des années après, alors que les fils du « Belge » enterrent leur vieux père. Comme pour définitivement s’ancrer à l’intention première de sa série, le scénariste Michel Dufranne s’appuie ensuite sur les livrets de Souvenirs écrits et hérités de ce soldat, que nous suivons dès lors en flashback. Nous émergeons alors au sein de la « deuxième » grande armée, créée en 1811 en préambule de la campagne de Russie et composées d’hommes provenant de diverses nations européennes. Seul protagoniste rescapé des batailles, le Belge (de son authentique patronyme Godart) rattache intimement la fidélité envers son empereur à un engagement jusqu'au-boutiste quasi suicidaire : les fantômes de ses amis l’accompagnent désormais et il ne craint pas de les rejoindre. A deux doigts de mourir, il sera confronté à la cruauté d’un chef cosaque, le comte Joukhov du titre. Une forte atmosphère macabre (mort du héros, de ses amis, de son armée) émane donc de cet ultime épisode, toujours crédible et didactique sur le plan historique. En revanche, les ressentiments familiaux et le lourd héritage de cette vie de batailles, sur lesquels Dufranne insiste, paraissent quelque peu artificiels. Le dessinateur serbe Alexis Alexander conclut quand à lui le projet avec la même constante réaliste, ponctuée de batailles et de mouvements de troupes toujours saisissants, notamment d’une mémorable case géante d’une offensive en première ligne, sur une double planche.

voir la fiche officielle ISBN 9782756024387