parution 23 août 2017  éditeur Des bulles dans l'océan  Public ado / adulte  Thème Thriller

Fièvre T1

Un virus mortel décime l’humanité, rendant les infectés terriblement agressifs. Deux groupes antagonistes survivent sur l’île de la Réunion. Une trame apocalyptique manichéenne et classique (similaire aux zombies), quoique vraisemblable …


 Fièvre T1, bd chez Des bulles dans l'océan de Pelaez, Menin, Daniel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Des bulles dans l'océan édition 2017

L'histoire :

De nos jours, un terrible virus fiévreux apparait dans la vallée du Rift (Ethiopie, Kenya, Tanzanie) et il connait de tragiques mutations pour l’espèce humaine. Il se transmet en effet par voie aérienne, ce que n’a jamais réussi à faire Ebola. Il se répand donc 1000 fois plus vite et ses ravages sur l’organisme humain sont fulgurants. Chez les infectés, la pression sanguine cervicale double, et les encéphalites sont telles que les victimes ont les yeux injectés de sang et se retrouvent mus par une agressivité déraisonnée… La mort intervient en quelques heures. Le phénomène apparait initialement dans un petit village d’Afrique, puis se propage par le médecin même qui est intervenu. Puis c’est une famille de Boston, des délinquants à Shanghai, des soldats dans une base militaire de Sydney… Une pandémie apocalyptique est en route. Ainsi, la folie s’empare des passagers et du personnel de bord d’un avion de ligne qui doit atterrir à St Denis de la Réunion. Le biologiste Eric Lévèque, qui a parfaitement identifié l’ampleur du phénomène, est convoqué d’urgence à l’aéroport, au moment où l’avion se crashe sur le tarmac. Les mesures sanitaires qu’il ordonne de prendre sont forcément dérisoires face à la virulence du virus. Six mois plus tard, l’île est comme le reste de la planète : une friche globale et désertifiée. Quelques hommes et femmes ont cependant survécu, soit parce qu’ils sont naturellement immunisés, soit par chance. Certains, sous l’égide d’un colonel extrémiste, forment une milice violente et radicale, s’appropriant vivres et nourriture…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

On retrouve dans Fièvre le même type de scénario qu’on a coutume de lire dans toutes les histoires de zombies. A savoir qu’une pandémie virale transforme les infectés en créatures sauvages, et que l’espèce humaine s’autodétruit ainsi à 99% en quelques jours. Le contexte de ruine contemporaine et d’apocalypse qui en découle se circonscrit cependant ici à l’île de la Réunion, département français où habitent les auteurs et l’éditeur. Hormis les premières séquences de présentation se déroulant à Sydney, Boston et Shanghai, on ignorera ce qu’il advient du reste du monde, sans se faire trop d’illusions. Le scénariste Philippe Pelaez s’intéresse dès lors au sort des réunionnais, divisés en deux groupes de survivants : les gentils emmenés par le héros, un biologiste qui a miraculeusement survécu ; et les méchants, emmenés par un colonel radical et violent, alter ego du Kurtz d’Apocalypse Now. Cette trame est trop classique et manichéenne pour convaincre pleinement. Elle s’accompagne de nombreuses scènes d’action et de petits arrangements narratifs de fond (pourquoi certains ont-ils survécu au virus ?). Pour autant, l’exposé d’un phénomène biologique tout à fait possible dans un XXIème siècle qu’on croit sécurisé est intéressant. Le scénariste profite aussi d’un monologue du héros, dans les dernières planches, pour recentrer ce fléau dans un environnement historique et scientifique instructif. Au dessin, Antonio Menin montre de belles dispositions réalistes. Sa gestion des cadrages, des perspectives, des mouvements et du découpage fonctionnent plutôt pas mal, même si on note régulièrement des erreurs de proportions, ou d’expressivité des personnages, qui se gommeront sûrement avec l’expérience. Un tome 2 est attendu en décembre 2018 pour clore l’histoire, à condition que l’humanité ait survécu d’ici là…

voir la fiche officielle ISBN 9782919069439