parution 07 octobre 2016  éditeur Dupuis  Public ado / adulte  Thème Historique

Bérézina T2

Les cendres

La paix avec le Tsar n’est pas signée, mais l’hiver approche. Napoléon ordonne la retraite de Russie. Trop tard… Adaptation éblouissante d’un second roman de Patrick Rambaud, focalisant sur l’un des pires épisodes militaires européens. Frissonnant !


 Bérézina T2 : Les cendres (0), bd chez Dupuis de Richaud, Gil, de Cock
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2016

L'histoire :

En septembre 1812, Napoléon et sa grande armée sont entrés dans une ville de Moscou désertée de ses habitants. Le Tsar Alexandre semble s’être réfugié à Saint-Pétersbourg, et le général Koutouzov et ses troupes sont introuvables. Cependant, des russes cachés dans les caves ont bouté le feu en de nombreux endroits de la capitale russe. Un grand incendie se propage et oblige les troupes à se réfugier en dehors. Napoléon établit donc son quartier général au Palais Petrovski, la résidence d’été des Tsars. C’est de là qu’il affine son plan d’invasion, nourrissant l’espoir de négocier rapidement la paix avec Alexandre 1er. En raison de ses talents d’écriture, Mr Roque, anciennement clerc de notaire à Rouen, est sollicité pour lesdits courriers. Les proches conseillers de l’Empereur redoutent qu’Alexandre ne réclame pas particulièrement la paix et laisse pourrir la situation. La limite de la situation, c’est que les vivres nécessaires à nourrir l’armée toute entière sont insuffisantes pour passer l’hiver, qui ne saurait tarder… Or l’hiver russe est autrement plus précoce et rigoureux qu’en France. Quelques jours plus tard, les troupes réinvestissent Moscou en grande partie carbonisée. Le manchot capitaine d’Herbigny octroie à sa garnison les locaux salubres d’un couvent de nonnes orthodoxes. Ces dernières préféreront se donner la mort en avalant de la ciguë plutôt que de cohabiter avec l’envahisseur français…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La première adaptation BD du roman La bataille de Patrick Rambaud (Prix Goncourt) s’était avéré une franche réussite… On n’en veut donc pas à Frédéric Richaud de récidiver sur une seconde adaptation en 3 tomes, concernant Il neigeait du même romancier. Comme l’indique le titre, le récit focalise sur la pathétique et sinistre retraite des troupes napoléoniennes de Russie, à l’hiver 1812. Le premier tome s’était intéressé au chemin aller ; dans ce second volet, on entame déjà le terrible retour. Au fil des pages tournées, l’angoisse monte crescendo, l’étau glacial se resserre sur chaque frange des protagonistes. On suit ainsi par intermittence Napoléon himself dans la conduite orgueilleuse de son invasion, de ses tergiversations et de sa retraite. Mais aussi le jeune rédacteur romantique Mr Roque, amoureux d’une comédienne de théâtre dont la troupe est au mauvais endroit au mauvais moment. Et enfin, le fidèle capitaine de cavalerie d’Herbigny, devenu manchot depuis une blessure, tente de manœuvrer ses hommes dans cette pétaudière. Plus rares, interviennent aussi des seconds couteaux, tels les membres de la troupe de théâtre ou Henri Beyle, alias Môssieur Stendhal, qui se cache le long d’un muret boueux pour déféquer ! (il faut assurément considérer cette séquence comme un hommage pied-de-nez). Malgré la pluralité des protagonistes et des points de vue, la fresque est fluide et palpitante. On connait pourtant par avance l’issue tragique de cet épisode historique authentique. Le nom du fleuve fatal à l’armée napoléonienne, qui donne son titre à cette trilogie, est depuis rentré dans le vocabulaire courant pour signifier une catastrophe totale. En plus du verbe littéraire et de l’événement prenant, l’autre argument de poids, et pas des moindres, vient du dessin. Une nouvelle fois, Ivan Gil, dessinateur espagnol véritablement passionné par le Premier Empire, abat un boulot de dingue. Ce stakhanoviste n’hésite jamais à dessiner chaque troufion dans le détail, costume, harnachement, décorum, expressions, sur des plans d’ensemble panoramiques où ils sont des centaines – et si possible en prenant de la hauteur. Une œuvre flamboyante, à la mesure de l’événement.

voir la fiche officielle ISBN 9782800166902