parution 01 novembre 2005  éditeur Dupuis  collection Aire libre
 Public ado / adulte  Thème Policier, Chronique sociale

L' assassin qui parle aux oiseaux T2

Haï par des villageois pour un meurtre qu'il n'a pourtant pas commis, « le Roitelet » se lie d'amitié avec une jeune fille avec laquelle il partage sa passion pour les oiseaux. Suite et fin d'une ode à la nature.


L'assassin qui parle aux oiseaux T2, bd chez Dupuis de Servais
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2005

L'histoire :

Emprisonné pour le meurtre d’une femme, Blaise Van Hoppen a purgé sa peine puis est revenu s’installer dans ce même village qui l’avait jadis accusé… à tord. A l’époque, si Blaise n’avait jamais plaidé l’erreur judiciaire, c’était pour protéger Colette, la jeune fille avec qui il vivait une idylle secrète. Aujourd’hui, sa présence est vécue comme une menace par les habitants, qui font tout leur possible pour s’en débarrasser. Exclu, perpétuellement agressé par les villageois, il trouve la tranquillité en se construisant une cabane en bois, tout en haut d’un chêne perdu dans la forêt. Là-haut, il est plus proche de la nature et peut s’adonner à sa passion pour l’ornithologie. En effet, le chant des oiseaux et leurs habitudes n’ont plus de secrets pour lui. Parmi les humains, il n’y a guère que Camille, la fille du maire et… de son amour de jeunesse, pour le regarder autrement. A son contact, Camille apprend à reconnaître les oiseaux et se pique d’ornithologie… au point d’en faire l’école buissonnière. Pour elle, un homme en pareille communion avec la nature n’a pas pu avoir tué…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

D’entrée, la seconde partie de ce diptyque éclaircit le mystère autour du meurtre dont n’est pas responsable le héros. Dès lors, Jean-Claude Servais tue le suspens qui aurait contribué à faire de son récit une histoire policière. Car l’assassin qui parle aux oiseaux est avant tout une ode à la nature, et particulièrement aux oiseaux. Au terme des 46 planches réglementaires, Servais nous livre même nombre de croquis d’oiseaux de nos campagnes (magnifiques !), en un cahier pédagogique commenté par la prose d’ornithologues passionnés. Mais revenons au récit. Servais est tellement en harmonie avec la nature qu’il aurait un peu tendance à faire preuve de misanthropie. Il y a du Dupont Lajoie (le film) à travers ces villageois détestables qui ont besoin de haïr sommairement, et à travers cette erreur judiciaire que nul ne tente de soulager. Heureusement, en un final on ne peut plus ouvert, Servais nous propose de nous réconcilier avec le genre humain… mais ce n’est guère convaincant. Cette histoire en deux tomes est donc à découvrir pour ce qu’elle est : une communion avec la nature, très légèrement teintée de polard. Ou si vous avez envie de calme et que le chant des petits zoziaux vous manque…

voir la fiche officielle ISBN 9782800137094