parution 01 avril 2008  éditeur Emmanuel Proust Editions  collection Trilogies
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Esotérique

Baybars T1

Baybars

Le roi du Caire Al-Saleh Al-Azzoub l'a vu en songe : viendront de l'Est les Mongols pour abattre son empire qu'un jeune Mamelouk saura seul sauver... Un de trois, en tout point parfait.


 Baybars T1 : Baybars (0), bd chez Emmanuel Proust Editions de Tarek, Vaccaro
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Emmanuel Proust Editions édition 2008

L'histoire :

A Tunis en 1820 vivait un sage aux détours des ruelles menant à la mosquée de la Zitouna. Il y contait la geste d’un roi, celle de Baybars. Son histoire commence avec celle d’un descendant honnête et droit de Saladin lui-même, il s’appelait Al-Saleh Al-Ayyoub et régnait au Caire. Un soir vint où, en songe, le monarque vit son empire chanceler sous les coups de Mongols venus d’Orient, puis sauvé par un jeune Mamelouk et anciennement esclave. Ce sauveur saura seul rétablir la paix du monde… Dès le lendemain, Al-Saleh Al-Ayyoub réunit son conseil et se met en quête de l’élu. A la Grande Mosquée du Caire, il rencontre un juste capable d’éclairer sa lanterne. Le Mamelouk vaincra en effet ses ennemis ; il héritera de la royauté selon la volonté d’Allah ! Reste donc au descendant de Saladin à le trouver. En les souks, le grand vizir du côté droit apprend que réside à Damas un homme capable de débusquer une telle perle. Ali Ibn Al-Warraq, marchand de son état, devra ainsi débusquer à tout prix l’esclave qui changera la face du monde. Mais un tel destin ne saurait s’accomplir sans embûches. Le roi Al-Saleh Al-Ayyoub prie Allah qu’il ne mette fin à la lignée de son aïeul. Et son grand vizir du côté gauche n’entend pas qu’un moins que rien ne vienne lui ôter le pain de la bouche…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Disons-le d’emblée : cet album ne figure aucun faute de goût. Du scénario signé Tarek à son illustration confiée au marseillais Eddy Vaccaro (le Fantôme, la Promesse), ce premier volet (de trois annoncés) de Baybars – ne pas y lire « barbare » ! – fait un sans faute et, par là même, convainc d’un coup d’un seul. En une mouvance « historico-mythique », rappelant des séries comme Gilgamesh ou la Nuit de l’Inca, dès les premières planches, les références et termes orientaux vous emportent ailleurs. L’ouléma, la mosquée de la Zitouna, etc… L’accent fleure bon l’Orient et l’immersion totale ! Comme souvent chez Tarek, il faut un conteur. On boit ses paroles, on croit en cette prophétie, au destin d’un élu à accomplir. Si l’élu paraît d’ailleurs très à plat pour commencer, rapidement il affiche un tempérament de feu. De pitoyable, il devient redoutable ! Et gare au fidèle qui ne suivrait pas sa voix, il tâtera de sa chakkiych ! Une méthode peu orthodoxe pour faire (r-)entrer le mouton dans le rang mais elle est garantie. Pour sûr, ce titre a du caractère ! D’autant que côté dessin, le travail réalisé par Eddy Vaccaro est remarquable en tous points. Là où parfois le trait délié « moderne » joue la facilité et passe sur le détail, lui s’y attarde case par case. Que de nuances de couleurs, de tons en arrière-plan. Que préférer de l’architecture musulmane ou du théâtre d’ombres bichrome (p. 41) ? Bref, vous ne manquerez sans doute pas de vous y arrêter. Si un album franco-belge des éditions EP est à acheter en cette fin de printemps, alors l’Esclave adopté est celui-là. Lumineux.

ISBN 9782848101798