parution 21 octobre 2009  éditeur Fluide Glacial  Public ado / adulte  Thème Humour

Aventures de la mort et Lao-Tseu T4

L'irresistible besoin d'exister

La grande faucheuse (volontaire !) part en vacances à la plage, anime un jeu télé et se retrouve sur le banc des accusés. Une mort d'autant plus exquise, qu'elle intervient pour la seconde fois en couleurs...


 Aventures de la mort et Lao-Tseu T4 : L'irresistible besoin d'exister (0), bd chez Fluide Glacial de Boucq
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Fluide Glacial édition 2009

L'histoire :

La mort et son fidèle cochon Lao Tseu sont confortablement installés dans un fauteuil de cinéma, face à un western. Un shérif y flingue son ancien compère, qui vient d’avouer avoir violé sa femme devant ses enfants. Bouleversé par une prestation d’acteur unique, la mort ressort de la salle bouleversée, la larme à l’œil. Elle décide de mettre immédiatement à profit le concept du « duel », face à son adversaire de toujours : la fichue vieille qui habite la maisonnette de campagne au bord d’une route pavée, et qui résiste encore et toujours à l’heure du trépas. Casque de poilu sur le crane et carabine à la main, c’est pourtant encore la vieille qui a le dernier mot : elle met la mort en joue, la somme de poser sa faux et elle appelle les flics ! Ceux-là emmènent la mort et Lao-Tseu ligotés, en attendant leur jugement.
Plus tard, dans un tribunal, la vieille toute endimanchée est appelée à la barre, en tant que témoin. Un juge lui demande de préciser les menaces proférées à son endroit par le prévenu, à savoir la mort. Il est question de harcèlement moral, tournant autour de l’obligation de faire un voyage « paradisiaque », tellement beau qu’elle n’aurait plus envie de revenir. La vieille suspecte même un trafic de vieilles à l’échelle mondiale…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Sur le créneau restreint de l’humour cynique post-mortem, le grand public connaît assurément Pierre Tombal, mais beaucoup moins Les aventures de la mort et de Lao Tseu. Ici, l’héroïne, c’est la grande faucheuse herself, en proie aux doutes, à la rengaine, ou à des idées ingénieuses pour pimenter sa besogne. Pour la seconde fois, François Boucq dessine la mort en couleur (oooh) et cela ne retire rien à son subjuguant talent (le superlatif n’est pas superflu), bien au contraire. Sa colorisation ne fait que renforcer l’exquis de son trait délié et néanmoins d’une grande précision. Bien sûr, la première historiette est la running-situation commune à chaque opus, à savoir la petite vieille qui refuse obstinément d’y passer, rusant à chaque fois pour entourlouper la mort. Boucq a le culot de commencer par deux planches qui montrent la mort et son cochon, invariablement assis face à un écran de cinoche, avec juste les dialogues fendards du film qui changent. Le second sketch enchaine le propos, mettant en scène le procès de la mort, une situation pour le moins absurde, comme en écho au récent Dieu en personne de Marc-Antoine Mathieu. Puis la thématique centrale semble se concentrer sur les voyages, les vacances, la plage (la mort fait bronzette dans un cimetière), pour s’achever sur un jeu télé bidonnant, sans doute l’historiette la plus riche en jeux de mots et en humour nonsensique philosophique. Attention, lire la mort peut provoquer des rires graves.

voir la fiche officielle ISBN 9782858159703