parution 01 juin 2007  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Thriller, Anticipation

Genetiks T1

Premier homme à voir son patrimoine génétique entièrement décodé, un laborantin devient la propriété de son entreprise... et bien plus encore. Un thriller scientifique palpitant, en (quasi) roman-photo...


 Genetiks T1, bd chez Futuropolis de Marazano, Ponzio
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2007

L'histoire :

Thomas Hale est chercheur dans le laboratoire Genetiks. Son sujet d’étude porte sur les abeilles, qu’il fait grossir jusqu’à atteindre la taille de hamsters ! Totalement voué à son métier, sa vie affective est un désastre. Son père Nathan, un intellectuel, bougon depuis qu’un accident de voiture l’a définitivement cloué dans un fauteuil roulant, l’invite un soir au vernissage d’une de ses anciennes élèves, Alice. Lors de la soirée, Thomas tente bien une approche… mais cela tourne au vinaigre lorsqu’il s’aperçoit que la jeune femme est une militante anti-génétique et que lui, de son côté, traite ses peintures de « débilités nombrilistes ». Le lendemain, Thomas se rend à une convocation de la vice-président du trust industriel auquel appartient Genetiks. Cette dernière lui annonce une sacrée nouvelle : le patrimoine génétique d’un homme a enfin été entièrement décodé. Or cet homme… c’est lui ! Elle l’informe également que de fait, Genetiks possède désormais les droits de toutes les cellules que son corps produit, puisqu’elles sont la réplique exacte de la cellule souche décodée, elle-même propriété de Genetiks. En bref, le corps de Thomas « appartient » à Genetiks ! Il lui est alors demandé de signer un contrat pour officialiser ce nouveau statut – et damner le pion par là-même aux détracteurs de cette découverte scientifique majeure. Thomas hésite… Il ignore en fait certains « détails » de ce nouveau statut… En outre, depuis quelques temps, il a des visions… des cauchemars récurrents…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec ses 96 planches, ce premier volume de Genetiks était a priori prévu pour intégrer la collection 32 (soit ici, l’équivalent de 3 anciens volumes). Le scénariste Richard Marazano s’appuie une nouvelle fois sur son attrait pour les sciences, avec la juste dose de vulgarisation et de fiction pour rendre son récit palpitant. Le sujet n’est pas des plus originaux (la découverte de l’immortalité !), mais l’axe narratif choisi (l’homme-objet) et la gestion du suspens accrochent véritablement le lecteur tout au long de la lecture. On se situe ici dans un pur thriller scientifique, quelque part entre ReGenesis (la série TV) et Le grand secret de Barjavel. Côté graphisme, Jean-Michel Ponzio fait partie de cette frange de dessinateurs qui dessinent et composent leurs planches par dessus un assemblage de photos remis en scène (comme Christophe Bec, Chris Lamquet…). Le résultat est plus proche du roman-photo que de la bande-dessinée, dans son sens classique. Outre l’argument de « facilité » que présente cette technique, et qui ouvre un débat plus large sur la qualification de la démarche artistique, le rendu – évidemment ultra réaliste – n’est pas toujours des plus réussis. Les visages des personnages se figent souvent dans des poses exagérées, comme pour « forcer » leurs expressions. Les arrières plans subissent quant à eux moult traitement informatiques hétéroclites (filtres Photoshop®, superpositions de traits, ombres noircies, lumières appuyées…). Enfin, les teintes plongent souvent les cases dans une sorte de bichromie tristounette, elle aussi relativement commode. Bon, n’ayons pas la dent trop dure non plus : la masse de boulot est tout de même impressionnante et l’histoire se laisse suivre sans confusion et avec un grand intérêt, qu’on est volontiers prêt à renouveler…

voir la fiche officielle ISBN 9782754800662