parution 01 juin 2007  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Humour

La marie en plastique T2

Une statuette en plastique rapportée de Lourdes se met à pleurer des larmes de sang et un village crie au miracle. Suite et fin d'une chronique sociale douce-amère et foncièrement drôle...


La marie en plastique T2, bd chez Futuropolis de Rabaté, Prudhomme, Merlet, Rouger
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2007

L'histoire :

Mamie Emilie a rapporté de Lourdes une vierge Marie en plastique, qu’elle a posée sur la télé, pile sous le portrait de Lénine. Cet emplacement stratégique visait avant tout à braver, dans les règles de l’art, l’anticléricalisme primaire de son communiste d’époux. Dès lors, le repas de famille s’est sensiblement animé… d’autant plus que la Marie en plastique s’est mise à pleurer des larmes de sang ! Tous (sauf Papy) croient à un miracle ! Dès le lendemain, ils font venir le curé, pour expertise. Naturellement, ce dernier fait un prélèvement, qu’il porte dans un cabinet d’analyses médicales. Pendant ce temps, à l’école, le petit dernier peut bénéficier des effets de l’aura divine : il trouve le résultat des soustractions du tableau en regardant le numéro des bus ! Aussitôt, en rentrant, il annonce la bonne nouvelle à la famille et s’empresse de construire un autel en Legos® pour remercier la Marie. Tandis que les analyses sanguines reviennent (le taux de cholestérol est normal et le sang n’est pas séropositif), les habitants du village déposent des offrandes en masse au pied de la maison…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après un début de récit enraciné dans le registre de la chronique sociale, il fallait oser verser dans le thriller ésotérique ! Et pourtant, Pascal Rabaté et David Prudhomme l’ont fait, sans se poser de questions, avec un savoir-faire et une ironie rare. Car il n’y a pas d’esbroufe : la Marie en plastique pleure bien des larmes de sang ! Si vous voulez savoir pourquoi, lisez plutôt le Da Vinci code (c’est sûr, la vérité se trouve à l’intérieur). Là n’est pas le propos : l’explication appartient à deux vieux ecclésiastiques du Vatican qui emporteront la relique « pour expertise ». Basta. Sur un style graphique spontané, plus subtil qu’il n’y parait, Prudhomme campe les protagonistes de ce thriller domestico-provincial dans leur cadre routinier. Son trait se fait l’écho d’un humour acide jubilatoire et pourtant relativement emprunt de tendresse. Cependant, si les auteurs se défendent d’avoir composé une satire de la beauferie rurale, ne nous voilons pas la face : on retrouve ici un cynisme franchement jouissif, pas très éloigné (par exemple) de celui du film La vie est un long fleuve tranquille. Il y a même quelques séquences de bonheur pur : quand le curé et Emilie récupèrent les analyses de sang et que le laborantin les considère comme un couple illégitime ; ou encore quand l’équipe de foot locale vient se recueillir au grand complet dans la cuisine des Garnier avant leur match ; ou enfin l’avant-dernière case, aussi surréaliste que poilante ! Cette chronique extraordinaire d’une famille de beaufs ordinaires (116 pages au total), valait le coup d’être lue, rien que pour une chute pareille !

voir la fiche officielle ISBN 9782754800600