parution 09 mars 2011  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Policier

Le Serpent d'Hippocrate

Tombé amoureux d’une patiente, un médecin cherche à la protéger de son mari violent. Une solution s’impose à lui : le tuer ! L’histoire d’un engrenage moral infernal, qui illustre l’expression « l’amour rend aveugle »…


Le Serpent d'Hippocrate, bd chez Futuropolis de Pontarolo
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2011

L'histoire :

Début des années 90. Isabelle Sbikowski, femme au foyer, consulte le docteur Alain Mangeon : depuis que son mari est parti en mission pour la première guerre du Golfe, elle est angoissée et n’arrive pas à dormir. Il lui prescrit des calmants et poursuit sa tournée. Mais quelque chose d’irréversible se passe entre ces deux là : ils tombent amoureux. Dès lors, Alain rendra souvent visite à Isabelle, qui lui fera partager ses lourds problèmes conjugaux. Elle lui raconte notamment que son mari est violent… qu’elle craint pour sa petite fille Emilie. Julia, la tante d’Isabelle appelle aussi régulièrement le médecin pour le prévenir qu’Isabelle ne lui dit pas tout, qu’elle est rongée de l’intérieur par moult soucis psychologiques qu’elle garde pour elle : le décès récent de ses parents, la mort jadis de son frère jumeaux, un cancer du sein passé… Plus le temps passe, plus Alain tombe amoureux d’Isabelle et plus sa protection se pose comme une évidence pour lui. Il se sépare d’avec sa femme et devient obnubilé par les problèmes conjugaux de sa maîtresse. Isabelle lui raconte les pires horreurs concernant son mari et ses copains militaires : il aurait décapité sa mule à coups de hache pour la punir, ils la violeraient en groupe… Alain se sent moralement obligé de lui venir en aide : ne rien faire serait de la non-assistance à personne en danger. Une solution s’impose alors à Alain comme une évidence : tuer le mari.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Tout débute par une planche de procès, comme l’exige la tradition des récits juridiques… On sait donc d’emblée que l’histoire de ce one-shot de 53 planches se termine mal (du moins pour le médecin) ; l’intégralité de ce qui suit est logiquement consacrée aux dramatiques évènements passés, en un long flashback. C’est l’histoire d’un cas d’école : un médecin tombe amoureux de sa patiente. Suit alors un lent processus d’addiction pour ce « héros », dont l’état d’esprit épouse à 100% l’appel au secours, le besoin de protection que lui inocule progressivement ladite patiente. L’amour phagocytant qu’il éprouve fait alors l’effet d’une spirale infernale et scelle définitivement les bases de la tragédie… dont nous tairons les aspects, pour préserver un max de surprise (mais ça défouraille sévère !). Moderne et « délié », le dessin aux gris quasi monochromes (à l’exception des dessins d’enfant) joue des effets d’optiques, des circonvolutions hypnotiques, du découpage délirant et participe pleinement à la déliquescence psychologique dans laquelle s’enferme le médecin. L’actualité réelle du début des années 90 (politique, ciné, internationale…), que l’auteur fait médiatiquement transparaitre par ci par là dans son récit, permet à la fois de situer la longueur du processus et de le rendre très crédible. Car Fred Pontarolo a puisé son inspiration dans un fait divers authentique, pour débusquer un « cas moral » pervers. « L’amour rend aveugle » est la juste leçon que l’on en tire, mais surtout le titre est particulièrement adapté, génialement trouvé !

voir la fiche officielle ISBN 9782754803267