parution 04 janvier 2018  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Esotérique, Thriller

Le Suaire T1

Au moyen-âge, pour financer les travaux d’une abbatiale, un abbé essaie de créer un appel d’air autour de reliques. Un morceau de croix rapporté de Jérusalem ne suffit pas, il fait croire au saint Suaire. Un album sombre, physiquement et moralement.


Le Suaire T1, bd chez Futuropolis de Prieur, Mordillat, Liberge
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2018

L'histoire :

Sous une chaleur étouffante, un homme porte une croix sur son dos, dans un décor désertique, en haut d’une petite colline. Il est nu, et les romains qui l’accompagnent, hilares, le clouent sur la croix avant d’inscrire quelques lettres sur un petit panneau qu’ils posent à ses pieds, avant de le laisser agoniser. Des siècles plus tard, en hiver 1357, en Champagne, sous le règne de Jean II Le Bon, alors prisonnier des anglais, une troupe d’homme avancent dans la campagne en chantant des chants religieux, antisémites et violents. A demi nus dans la neige, ils se flagellent au sang. Pendant ce temps, au village voisin, les gens enterrent leurs morts de la peste. Les artisans travaillent à une abbatiale, sous le regard miséricordieux des nonnes qui prennent soin des corps. L’une d’elle, Lucie, est une magnifique jeune femme. Son cousin, évêque, lui apprend qu’elle vient de perdre un troisième frère, emporté par la peste après les deux morts à la guerre. Il lui demande de revenir à la vie civile pour se marier avec le fils d’une noble famille. Les prêtres de l’abbatiale, eux, sont revenus de Jérusalem avec un morceau de la vraie croix de Jésus Christ. Mais les fonds manquent pour construire leur écrin. Ils n’ont plus d’argent et n’ont plus de choix que de se tourner vers les nobles de la région, qui n’en ont cure…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans une France Moyenâgeuse, la foi, la vraie, honnête et juste, a du mal à se frayer un chemin. Entre les fanatiques qui passent leurs vies à se flageller et à maudire le Juif, les élites qui se partagent à quelques familles les postes d’évêque du coin, il faut arriver à tirer son épingle du jeu… d’autant que l’héroïne, la magnifique Lucie, a pris le voile au grand dam de sa famille, pour une raison qu’elle seule connaît. Elle se consacre désormais aux lépreux. L’abbé Thomas, lui, est tout entier tourné vers la construction de son abbatiale. Mais les caisses sont vides, et le morceau de croix du Christ ramené de Terre Sainte n’attire pas vraiment les foules. Il a alors, grâce à Lucie, l’idée du suaire. Tout ça pue la misère, la maladie et l’ignorance crasse. C’est donc naturellement que le dessinateur Eric Liberge a choisi le noir et blanc manichéen, qui autorise toutefois de nombreux et majestueux effets de lumière. Il dessine magnifiquement la misère et la saleté, les pustules de la lèpre et le dédain sur les visages des riches… Très bien documenté et intéressant, le scénario des romanciers Mordillat et Prieur, qui ont travaillé sur de nombreux projets autour du personnage de Jésus, est bien mené, sans être transcendant. Les backgrounds sont peu clairs au début de l’œuvre et si l’ambiance est excellente, pesante et folle, le lecteur a du mal à s’attacher à un quelconque personnage, pas même au couple de cousins maudits… On passe un peu à côté d’une histoire qui a du mal à toucher, mais qui reste efficace. L’ensemble est intéressant, notamment pour la critique sociale de cette société du XIVème où le populo n’est que quantité négligeable, le malade et le mort au mieux encombrants, la religion un prétexte. Pour cela, le lien entre les trois hommes est excellent, le fond et la forme sont liés magnifiquement autour d’une œuvre d’ambiance noire et dure.

voir la fiche officielle ISBN 9782754821100