parution 09 février 2017  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Aventure - Action

Mort et vif

Flip perd son job en usine – où il fabrique des clés à sardines – et sa femme. Persuadé d’être mort, il est emmené dans un road-trip halluciné par un joueur de djembé. Une allégorie graphiquement expérimentale, mais nébuleuse, de la « mort sociale ».


Mort et vif, bd chez Futuropolis de Prudhomme
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2017

L'histoire :

Un vendredi soir comme les autres, Philippe Moline, alias Flip, sort de l’usine Deleter & Fils où il travaille, habillé d’une grosse doudoune. Il manque de se faire toper par le contremaître… car il a planqué sous sa parka quelques dizaines de clés à sardines, l’outil qu’il fabrique à longueur de journée. Avec ces clés, il a entrepris chez lui la construction d’une tour Eiffel à l’échelle 1:300ème. Mais chez lui l’attend aussi une courte lettre de Patricia, sa compagne, qui lui annonce qu’elle le largue. Flip part aussitôt se bourrer la gueule dans un bar. Son pote Ludo tente un coup en téléphonant à Patricia pour lui annoncer que Flip s’est suicidé… ça ne change rien. Flip passe son week-end au lit. Le lundi suivant, il se lève désabusé pour aller au boulot. Mais cette fois, il ne descend pas du bus avec le reste de ses collègues. Il se retrouve le dernier passager au terminus. Il n’assiste donc pas à la désillusion : les portes de l’usine sont cadenassées, les machines ont été déménagées, le patron s’est barré avec la caisse. Hagard, la personnalité vidée de toute substance, Flip déambule dans la ville. Il n’arrête pas de croiser des symboles de la mort. En perte de directions, il s’abandonne au milieu d’un rond-point. Il décide qu’il est mort. C’est là que s’arrête un petit bolide rouge conduit par Trashy, percussionniste jovial, alcoolique et dilettante. Trashy l’invite à monter, vers une destination inconnue…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Mort & vif se présente comme une parabole de la déchéance sociale assimilée à la mort – regardez la couverture de loin pour y distinguer une tête de mort. Le sort s’abat sur le personnage central : il perd en même temps son boulot, sa femme, son hobby (la construction d’une tour Eiffel en clés à sardines…). Dès lors, tel un hypocondriaque morbide, il se considère comme mort à tout bout de champs. En parti-pris graphique, ce dernier est représenté sous la forme d’une ombre noire qui trimballe sa silhouette mortifiée, souple et changeante, au gré d’un road-trip à l’objectif flou (vers le néant ?), un peu longuet, sur les routes sinueuses de l’Ardèche. Au propos de fond des patrons salauds, le récit se charge de répondre par un mouvement social confus et vain. Mort & vif a été écrit il y a plus de 15 ans par Jef Hautot, mais il aura fallu attendre 2017 pour que le dessinateur David Prudhomme soit inspiré par un traitement graphique et séquentiel adéquat. Son dessin n’est certes pas le plus fignolé de sa production : moderne, hachuré, comme « rapidement » jeté sur le papier, il s’inscrit cependant au sein d’un découpage autrement plus savant. Les bordures de cases sont notamment remplacées par de simples traits, ce qui permet aux éléments d’une case d’avoir très souvent des continuités de formes sur les cases environnantes. Prudhomme participe ainsi d’un exercice « oubapien » (la BD sous contrainte artistique volontaire, définie par le mouvement OUvroir de BAnde dessinée POtentielle) certes ni inédit, ni poussé très loin, mais toujours amusant. Il faut appréhender ce one-shot comme une plongée onirique dans une perte de repères sociaux à la scénographie morbide.

voir la fiche officielle ISBN 9782754810234