parution 07 avril 2011  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Historique

Un Sac de billes T1

En 1941, deux enfants juifs quittent seuls Paris pour gagner la zone libre et rejoindre leurs frères ainés à Menton. Une adaptation tout aussi touchante que le roman original de Joseph Joffo.


Un Sac de billes T1, bd chez Futuropolis de Kris, Bailly
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2011

L'histoire :

Paris, rue Marcadet, 1941. Maurice Joffo et Joseph, son frère cadet, entament une dernière partie de billes, juste le temps qu’il faut pour rentrer au domicile sans se faire enguirlander. Du reste, lorsqu’ils regagnent la boutique de leur père qui exerce, avec les 2 frères ainés, le métier de coiffeur, il est juste encore temps pour faire les devoirs sans déclencher la colère de maman. Pour autant, ils se débarrassent du labeur assez vite, imaginant déjà comment ils vont pouvoir s’amuser dans la rue en attendant le diner. Toute idée de jeu est bientôt interrompue par l’arrivée de deux officiers SS au magasin : les deux gamins ont masqué volontairement l’inscription sur la vitrine, qui indique qu’il s’agit d’un établissement tenu par des juifs. Le père ne semble nullement déstabilisé par l’arrivée des allemands et il fait son travail avec application. Simplement, avant de les laisser partir, il leur fait constater la qualité de son travail en précisant que tous les occupants du magasin sont des juifs. Une petite victoire pour la famille Joffo. Bien courte pourtant, car quelques temps plus tard, les deux gamins doivent prendre le chemin de l’école, une étoile jaune plaquée sur le revers de leur veston…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Difficile de prendre possession de cette adaptation sans qu’elle agisse comme une pâtisserie proustienne en évoquant directement le roman de Joseph Joffo (1973) ou le film éponyme de Jacques Doillon (1975). Pour beaucoup, ce récit autobiographique et initiatique restera en effet une des premières découvertes, à portée d’enfants, de la question juive pendant l’Occupation : sensible, empathique, drôle, humain et bouleversant dans son effroyable réalité. Bref, la force candide du regard d’un enfant de 10 ans, comme fil rouge pour retracer ces vies broyées par l’Histoire. Prévue en 2 tomes (avec la bénédiction de Joseph Joffo, sous condition que Baby-Foot et Agathes et Calots soient aussi adaptés), cette adaptation livrée par Kris et Vincent Bailly sonne juste. Le périple mène ici les deux frères cadets de Paris à Menton, en zone libre, où ils doivent rejoindre leurs ainés : le port obligatoire de l’étoile jaune a sonné l’alarme pour fuir les allemands le plus rapidement. On retrouve ici la même candeur que dans le roman originel : cet entrelacs d’insouciance et de gravité qui aboutit à une saine apologie de la débrouillardise. Du coup, au premier degré de lecture (d’où l’hyper accessibilité à un public jeune), tout semble si « facile » pour Maurice et Joseph, que ce long chemin ressemble à une petite balade. Tout est pourtant bien là, en filigrane (et en particulier la tension latente perpétuelle), que seul le concours de quelques bonnes âmes et du hasard empêche de faire sombrer dans l’inexorable et le violent. Le trait de Vincent Bailly, ses aquarelles et ses cadrages participent à la réussite de cette adaptation. Une incontestable bonne occasion, en tous cas, que de se (re)plonger dans ce sac là…

voir la fiche officielle ISBN 9782754802673