Les Malheurs de Sophie, bd chez Gallimard de Sapin, Sapin ©Gallimard édition 2013

Les Malheurs de Sophie

Petits ou gros mensonges, refus d’écouter ses parents, incontournable gourmandise, petit égoïsme et vilaine chamailleries… De quoi alimenter d’irrémédiables malheurs dans la vie de la petite Sophie. Une sympathique adaptation.

L'histoire : Les petits poissons : Dans la belle et grande maison où elle vit, tandis qu’elle regarde gentiment les poissons dans l’aquarium, Sophie est invitée par sa bonne à aller accueillir son papa qui revient de Paris. Quelle n’est alors pas sa surprise, lorsque ce dernier lui remet en cadeau un petit couteau qu’il a acheté dans la capitale. C’est chouette, un petit couteau ! Mais ça sert avant tout à couper. A couper quoi ?
La chaux : Ces derniers jours, les promenades dans la cour du château sont moins marrantes qu’à l’accoutumée : il y a des travaux et la maman de Sophie craint qu’elle ne soit blessée par des chutes de pierres ou de briques qu’utilisent les maçons. Et puis il y a aussi ce bac de chaux qui pourrait brûler la petite Sophie. Cette dernière a toutefois bien du mal à croire qu’une matière aussi blanche, lisse et jolie ne puisse procurer autre chose que du plaisir à ses petits petons.
La poupée de cire : Ce matin, Sophie a reçu un gros colis expédié par son Papa. Il contient une jolie poupée de cire. Exactement celle dont Sophie avait très envie. Elle en prend donc immédiatement grand soin en lui faisant profiter du grand air et du soleil, gentiment installée sur le rebord d’une fenêtre. Le soleil chauffe à peine, il fait si bon... Cependant, la cire, ça fond !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  S’il est une petite fille qui, depuis plus d’un siècle, a inspiré une jolie kyrielle de chipies, c’est bien cette amatrice de crème et de pain chaud, cette chapardeuse de fruits confits ou cette massacreuse de jolie poupée : Sophie de Réan. Une gentille peste de 4 ou 5 ans en souliers vernis, remise au goût du jour sous le trait naïf de Mathieu Sapin pour – pourquoi pas – conquérir un nouveau lectorat. Le pari est osé, l’œuvre originale de la Comtesse de Ségur ayant été déjà déclinée sur de nombreux supports (dont la BD, par deux fois : jadis chez Casterman et en 2012 chez Vents d'Ouest). Aussi, pour son adaptation, Mathieu Sapin préfère t-il l’accessibilité à l’appropriation créative ou la transposition « à la ligne ». Pour ce faire : l’épure comme fer de lance. D’abord confiée à des saynètes courtes qui reprennent l’essentiel des chapitres-miroirs originaux. Ensuite à des dialogues adaptés : à la fois lisibles pour le public cible et gardant ce petit gout désuet. Quelques libertés aussi qui, d’anachronismes en nouveau personnage (quid de cet orphelin passant la moitié de l’album nu dans un clapier ??), jouent un peu les culs entre deux chaises, tout en offrant un nouvel angle de vue. Enfin, à un dessin lisible et joliment mis en couleur, capable de s’adresser totalement et directement aux plus petits. En conséquence, on se sentira parfois peut-être peu rassasié au regard d’intrigues qu’on aurait aimé voir plus développées. Mais l’essentiel est là. D’abord, l’attache à ce petit bout de fille si profondément humaine, incapable de différer ses désirs en une belle définition de l’enfance. Ensuite la leçon – efficace ou simpliste selon son point de vue – que mensonge, gourmandise, paresse et tutti quanti procurent plus de déplaisirs que d’avantages…

  • scénar dessin


23 février 2013



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et



prix 14.00-5% = 13.3

sur


Les Malheurs de Sophie, bd chez Gallimard de Sapin, Sapin ©Gallimard édition 2013

14 février 2013

Gallimard

Fétiche

voir la fiche officielle

9782070696840

enfant

Aventure - Action, Humour

Les Malheurs de Sophie série terminée en France
1 album paru, 1 prévu