parution 19 janvier 2011  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Historique

Cathares T1

Le Sang des martyrs

Le siège de Montségur, forteresse cathare haut-perchée et réputée imprenable, dura 10 mois. L’enjeu : le mythique trésor des cathares… Un épisode historique habilement retranscrit !


 Cathares T1 : Le Sang des martyrs (0), bd chez Glénat de Falba, Bono, Fogolin
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2011

L'histoire :

Un convoi de dominicains se presse de rejoindre le petit village d’Avignonet, persuadé d’être poursuivi par des chevaliers cathares. Hélas pour eux, les cathares les ont précédés et ils tombent dans un piège : ils sont massacrés. Les 3 « purs », Aicard, Hugo et Poitevin, des moines cathares détenus prisonniers, sont alors libérés. Ils sont certes en fâcheux état, mais ils ne sont pas passés à « la question » de l’inquisiteur et a priori, l’emplacement du trésor est resté secret. A Paris, le jeune roi Louis IX (futur Saint Louis) et sa mère Blanche de Castille fulminent que ces païens s’arc-boutent ainsi sur leur foi hérétique. Pour éviter que le mouvement ne fasse tâche d’huile, ils confient donc l’éradication des cathares à Hugues d’Arcis. En outre, Saint Louis a rallié un cathare à sa cause et il compte utiliser sa traitrise le moment venu. En mai 1243, le Seigneur Ramon de Perella accueille quelques centaines de sujets au sein de sa forteresse de Montségur. Construite au sommet d’un pog, celle-ci est réputée imprenable. Parmi eux se trouve l’Évêque Marty, les trois purs, Pierre de Bellisen et quelques guerriers de grande valeur. Quelques jours plus tard, un important siège se met en place, qui va durer plusieurs mois…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le premier tome de cette nouvelle série historique et médiévale narre par le menu la traque exercée par le pouvoir royal de l’époque (1243-1244) sur le schisme cathare. Et pour bien faire les choses, cela commence fort, par l’un des épisodes les plus emblématiques : le siège interminable de la forteresse de Montségur, véritable QG du catharisme. Il suffit de visiter la ruine toujours existante (à côté de Foix, dans l’Ariège, au sommet d’un éperon rocheux) pour s’imaginer aussitôt participer à un assaut en armure, pourfendant l’ennemi de taille et d’estoc. L’imagination galopante du lecteur est ici conduite par le savoir-faire de Bruno Falba, qui parvient à équilibrer la chose de manière intelligente. Il délivre en effet au mieux le déroulé authentique du siège de Montségur, tout en réussissant à se débarrasser de l’aspect rébarbatif de la démarche universitaire. Pour cela, il se raccroche à la quête du fameux trésor des cathares, distribuant diversement aux personnages des rôles de martyr, de félon ou de héros. Ici, Pierre de Bellissen apparaît comme un guerrier efficace, Saint Louis comme un roi perfide… et le narrateur est un traitre, alors même que le lecteur ignore son identité ! C’est assez bien joué de la part du scénariste. La grande Histoire est rendue palpitante, au rythme de la petite histoire. Certes, aucun n’est véritablement charismatique, mais c’est logique : il s’agit, après tout, de faire passer l’authenticité devant le romantisme. Fabio Bono, qui s’était déjà fortement imprégné du registre avec quelques Confessions d’un Templier (déjà scénarisées par Falba), met le tout en images de manière agréable et aboutie (de jolis plans d’ensemble et mouvements de troupe !), quoiqu’un tantinet irrégulière (on peine parfois à différencier certains personnages). En inscrivant l’album dans la collection Grafica, l’éditeur lui accorde également un plus large accès qu’au sein du catalogue Vécu…

voir la fiche officielle ISBN 9782723476812