parution 01 juin 2016  éditeur Glénat  collection Ils ont fait l'histoire
 Public ado / adulte  Thème Historique

Elisabeth 1ère

Victoire contre l'invincible Armada, création de l'Eglise Protestante, rivalité avec Marie Stuart... La reine Elisabeth 1ère d'Angleterre fit entrer le royaume dans l'époque moderne. Une biographie sérieuse.


Elisabeth 1ère, bd chez Glénat de Delmas, Meloni, Priori
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2016

L'histoire :

En 1554, une conspiration visant à tuer la reine Marie Tudor vient d'être démantelée. En l'assassinant, Wyatt cherchait à empêcher son mariage avec Philippe d'Espagne, préférant une alliance avec la France. Elisabeth, la sœur de Marie, est accusée de faire partie du complot. Elle est aussitôt interrogée, mais son habile argumentation retourne la situation. Lors de la décapitation publique de Wyatt, la foule crie même « Vive Elisabeth ». Trois ans plus tard, Marie Stuart se meurt. Parmi ses dernières volontés murmurées à sa sœur Elisabeth, elle lui avoue qu'elle préférerait que ce soit la cousine Marie Stuart qui prenne le trône d'Angleterre... mais elle n'a nul doute que c'est elle, Elisabeth, qui s'en emparera. Elle lui demande juste de ne rien changer à la religion établie : le catholicisme a été suffisamment « compliqué » à être restauré. Le 15 janvier 1559, Elisabeth est couronnée reine en l'abbaye de Westminster. Sans renier sa promesse, elle marque néanmoins sa grande distance avec le clergé. Le soir-même, son amant Robert Dudley caresse le doux espoir de devenir roi par alliance... mais là encore, Elisabeth marque ses distances. Lui est déjà marié, et la raison d'Etat réclame assurément de calculer politiquement un éventuel mariage. Ses conseillers se perdent d'ailleurs en conjectures pour savoir quel serait le meilleur parti : le roi Éric de Suède ? Charles d'Autriche, cousin du roi Philippe II d'Espagne ? Le frère du roi du Danemark, cousin écossais de Marie Stuart qui revendique elle aussi le trône d'Angleterre ? Elisabeth repousse cette décision aux calendes grecques et engage une politique d'austérité : réduire les dépenses du royaume, défendre le territoire sans chercher à l'étendre et... entretenir l'ambiguïté quant à la religion officielle...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Au moment où la France faisait ses adieux à celui qui fut sans doute le plus visionnaire de ses monarques (François 1er), le royaume d'Angleterre s'apprêtait quant à lui à mettre sur son trône une grande reine. Femme de fer, austère et indépendante, la reine Elisabeth 1ère fit entrer le royaume britannique dans sa période moderne. Didactique par son approche, la biographie BD qui lui est consacrée au sein de la collection Ils ont fait l'Histoire de Glénat insiste sur son célibat compliqué, son intransigeance dans ses décisions, sa rivalité distante avec Marie Stuart, son ambiguïté vis à vis de la religion officiellement admise. Au départ contesté, son long règne (1558-1603) favorisa néanmoins l'émergence de Shakespeare, de l'Eglise Protestante d'Angleterre, permit la victoire contre la prétendue invincible Armada espagnole, et parvint à stabiliser un royaume aux fondations chancelantes. Quand bien même la narration de Vincent Delmas ne parvient jamais à transporter son lecteur via un souffle épique palpitant, elle « fait le job » – c'est une gageure que de résumer l'œuvre et la vie d'un tel monarque en 46 planches. Malgré des différences notables dans les finitions entre la première et les dernières planches, le dessin réaliste d'Andrea Meloni est lui aussi très sérieux. L'artiste italien montre son talent à travers les costumes d'époque, l'expressivité des personnages – la dureté et/ou le cynisme de la reine au fil des ans – mais aussi lors de quelques trop rares plans d'ensemble panoramiques (le couronnement dans Westminster, l'armada en plein chaos). Enfin, comme à chaque fois, un dossier pédagogique annexe de 7 pages, ici élaboré par l'historien Michel Duchein, synthétise l'essentiel à retenir sur cette reine de fer, iconographie pertinente à l'appui.

voir la fiche officielle ISBN 9782344011904