parution 14 janvier 2016  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Historique, Mondes décalés

Horacio d'Alba T1

La République du point d’honneur

En pleine Renaissance, dans une cité du nord de l’Italie, un célèbre duelliste de métier est contraint de s’associer à ses rivaux pour éviter de voir disparaitre sa profession. Mise en place captivante et maitrisée d’une série d’aventures historiques.


 Horacio d'Alba T1 : La République du point d’honneur (0), bd chez Glénat de Legris, Siner
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2016

L'histoire :

Quelque part en Italie, au tout début du XVIe siècle… Fatigués des carnages, les puissants états du nord décident de faire taire les canons en confiant leurs conflits à des duellistes de métier. Pour défendre l’honneur de leurs commanditaires, les combattants se retrouvent alors, au petit jour, une pistole milanaise à rouet au bout du bras, pour tirer à 30 pas sur leur adversaire. Au bout : la gloire ou le trépas… Un duelliste ne peut se soustraire au combat. Horacio d’Alba, le sait bien, lui qui, par un triste matin, au bout de son arme, a trouvé Niobée, la mère de son propre fils. Ce jour là, il a gagné le droit d’apprendre à Julius, la mort de sa mère par sa main…Horacio d’Alba est l’un des plus fameux de ces combattants : huitième prince-duelliste de la célèbre Académie Démocrate. Néanmoins la société change et au Sénat, Rembrandt, l’un des membres de l’Assemblée, souhaite abolir les duels pour que la République rejoigne enfin le camp de la civilisation. Désormais en âge d’entrer dans l’Académie de duellistes de son père, Julius refuse. Il préfère en effet rejoindre le camp du sénateur réformiste, pour consacrer sa vie à détruire le métier qui lui a enlevé sa mère. Le monde bouge, incontestablement. Et pour éviter qu’il ne le fasse trop rapidement, les recteurs des 2 Académies duellistes rivales (Démocrate et Timocrate) se rencontrent dans le secret des anciens Thermes d’Auguste. Au bout de leur entente, un plan mettant en scène 3 des meilleurs duellistes de chaque Académie...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Scénario addictif, dessin haut de gamme… Pour leur toute première bande dessinée, Jérôme Le Gris et Nicolas Siner se placent immédiatement dans la catégorie des « tout bon » à suivre de prêt. Pour terreau, le scénario proposé utilise le contexte historique de la Renaissance italienne (XVIe siècle). Une période où arts, sciences, philosophie et bouillonnement religieux invitent à un irrémédiable changement. Fort de ce constat, le récit présente une cité du nord de l’Italie, purement fictive (La République du point d’honneur), dans laquelle, pour faire régner ordre et paix, le règlement des conflits et des querelles est confié à des duellistes de métier. Autour d’un des plus fameux d’entre eux (Horacio d’Alba), Jérôme Le Gris entrelace minutieusement, dans cette mise en bouche, les éléments d’une aventure à fort potentiel épique : sens du devoir, tragédies familiales, rivalités entre Académies de duellistes, manigances politiques, complots, confrontation d’ordre ancien et nouveau… permettent à chacun des personnages clefs de prendre sa place avec soin. Chacun d’eux développe, du coup, assez rapidement une force charismatique pesée au poids « du juste ce qu’il faut ». Du point de vue de l’histoire en elle-même, rien n’est vraiment révolutionnaire et c’est surtout la force d’une narration ciselée au millimètre qui emporte notre béate adhésion : dosage de l’action, rebondissements intelligents, dialogues et découpage sont redoutables d’efficacité. Bref, on n’en perd pas une miette, au long de plus de 50 pages passionnantes de bout en bout. Annoncée sur trois tomes, la série tire aussi sa qualité de l’excellent travail de Nicolas Siner. On apprécie en particulier la justesse des cadrages, la variété des physionomies, le travail des décors, les perspectives, les lumières et les contrastes de la colorisation. Une des belles surprises de 2011, réédité en 2016 par Glénat, à l'occasion de la sortie du tome 3 !

voir la fiche officielle ISBN 9782344013496

  • Sa note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

Ce qu'un autre en pense sur la planète BD :

Dès l'ouvrage en main, la solennité nous gagne. Il est lourd et la statue sur la première de couverture, massive, on sent que ça va pas rigoler. De fait, l'ouverture se fait par un duel entre parents ! Un univers particulièrement original nous emmène dans une intrigue assez complexe, qui rend la lecture compliquée. Et à force d'être mal rasés, les nombreux mâles de cette épopée finissent par se ressembler, ce qui rajoute une couche de plus à devoir résoudre. Pourtant, avec un peu d'entrainement, on parvient à saisir les différentes ficelles de cette histoire qui parle de pouvoir, donc de trahison, d'idéaux opposés entre un père et son fils, de cruels duels sanglants et de politique. La fin de ce premier de trois tomes annoncés, est aussi graphiquement bien réussie que la relance de l'intrigue en elle-même. Le dessin de Siner, par ses nombreux gros plans sur les personnages, rend l'ensemble assez cinématographique et intensifie les dialogues. Œuvre compliquée, mais riche, la vie d'Horacio D'Alba est le fruit d'un travail ciselé et élégant. La suite lèvera sans nul doute ceux qui planent encore dans cette atmosphère couillue de lutte idéaliste, à une époque encore très préhistorique de la république. La violence des duels est autant psychologique que physique, il apparait donc effectivement plus humain de se mettre du côté du fils. Le problème, c'est qu'Horacio, avec son charisme à la Thorgal, force l'admiration dans son obstination d'idéal dépassé… Voyons où la suite nous mènera !