parution 15 mars 2017  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Historique, Thriller

Le Vétéran T1

Un vétéran de la Grande Armée napoléonienne se réveille dans la peau d’un autre. Qui est-il réellement ? Il enquête et va de surprise en surprise. Mise en place d’un thriller psychologique admirablement administré.


Le Vétéran T1, bd chez Glénat de Giroud, Mezzomo, Labriet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2017

L'histoire :

En juin 1815, la défaite est cuisante pour les troupes napoléoniennes dans la plaine de Waterloo. L’empereur est destitué, les blessés sont nombreux parmi la grande armée et les officiers de la garde. Parmi ceux-là, la capitaine Maxime Danjou, du 7ème hussard, obtient une autorisation de sortie de l’hôpital du Val de Grace en septembre 1815, malgré ses confusions et ses pertes de mémoire. Ses plaies sont néanmoins cicatrisées, il enfile donc le seul uniforme qu’il trouve sur sa chaise, celui d’un chasseur de la Garde. Il traverse Paris à pied, ruminant son fiel, car la ville est partiellement occupée par les prussiens. Il se retrouve dans un cabaret à jouer du sabre et du poing contre deux officiers prussiens. Assommé, il se réveille dans une geôle au moment même où on le libère, car sa femme a payé sa caution. Sa femme !? Mais il n’a pas de femme ! Une élégante et noble jeune femme l’accueille néanmoins, l’appelant Théodore. Il comprend alors qu’on le confond avec un certain colonel Théodore Brunoy. Son uniforme et sans doute sa ressemblance auront joué en sa faveur. Plus curieux : la carte civique qu’il porte sur lui est bien celle de Théodore Brunoy. Une fois sorti, il remercie Madame Brunoy et lui explique la confusion. Mais celle-ci est persuadée d’être en compagnie de son époux, qui souffre « encore » de troubles de la mémoire. Malgré les démentis insistant de Maxime/Théodore, elle le ramène en leur propriété de Rouen. L’officier se met alors enquêter sérieusement sur sa propre identité, allant de surprises en surprises…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les souvenirs déficients et la confusion d’identité d’un amnésique ont été à l’origine de l’une des plus palpitantes sagas en bande dessinée : XIII (mais aussi Jonathan, ou encore Trou de mémoire). En quelques sortes, le scénariste Frank Giroud reprend cette problématique accrocheuse, mais en la greffant à la période historique confuse de la Seconde Restauration. Le héros, un colonel rescapé de la Grande Armée est ici persuadé d’être un capitaine. A moins que ce ne soit l’inverse ! En scénariste virtuose, Giroud laisse les deux pistes ouvertes. Soit Maxime/Théodore est victime d’un complot dans lequel baigne tout son entourage (mais à quelle finalité ?) ; soit il est victime d’un réel désordre mental, un processus de culpabilité sévère appelé « vésanie », qui l’amène à se croire un autre (mais alors quelle pathologie !). Le récit prend donc la forme d’un thriller psychologique admirablement rythmé. Le héros recueille des indices, interroge les membres de « sa » famille, perd la boule par moments, se retrouve pris dans divers pièges incompréhensibles… sans oublier de nous abandonner sur un cliffhanger de folie ! Pas d’inquiétude, a priori l’explication interviendra dans la seconde partie du diptyque (à venir). L’ensemble est illustré par les crayons parfaitement au point du vétéran Gilles Mezzomo, qui se frotte pour la première fois au décorum du Premier Empire, sans difficulté apparente. Costumes, batailles, mobilier, animations de la vie urbaine… tout est parfaitement crédible et immersif. Conclusion : l’amnésie est bel et bien un vecteur de thriller réussi.

voir la fiche officielle ISBN 9782344011447