parution 14 juin 2004  éditeur Glénat  collection Loge noire
 Public ado / adulte  Thème Esotérique, Historique

Les passants du clair de lune T2

Le chant du bouc

Sous la Renaissance, un poète ingénu est intégré malgré lui au sein d'une confrérie maléfique, contre laquelle lutte le Vatican. Un scénario de pur ésotérisme, agrémenté par un dessin réaliste remarquable...


Les passants du clair de lune T2 : Le chant du bouc (0), bd chez Glénat de Mosdi, Paturaud
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2004

L'histoire :

Novembre 1545. Après avoir éliminé en une seule nuit les membres du conseil des dix à Venise, la « Fraternal compagnia » a rejoint Paris. Dorénavant, Angelo Ruzante, jeune poète talentueux, incarne le huitième frère de l’énigmatique troupe de théâtre. Il ignore encore tout du statut d’immortalité dont il jouit, à présent qu’il a été ressuscité malgré lui par ses nouveaux frères. Ces derniers l’initient à sa nouvelle et extraordinaire condition. A leur tête, Alvise Cornaro lui apprend qu’ils ne sont pas férus de mythologie hellénique par inclination poétique, mais qu’ils représentent bel et bien les prêtres et ultimes gardiens d’une antique croyance vouée à Dyonisos. Pendant ce temps au Vatican, le Saint-Père donne carte blanche au frère Calvacante, pour qu’il se rende en France et tente à tout prix de mettre un terme à ces activités maléfiques. De son côté dans la capitale française, le commissaire enquêteur Jonzac s’interroge sur l’état de putréfaction avancé d’un cadavre pourtant très récent. Il se trouve sans le savoir, sur la piste de cette confrérie occulte…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les passants du clair de lune représente peut-être la série qui colle au mieux à l’esprit ésotérique de la collection Loge Noire. On nage ici dans l’occultisme le plus pur, celui même qui donne de l’urticaire aux exorcistes de tous poils ou qui inspira Umberto Ecco sur Le pendule de Foucault. Cette mystérieuse compagnie fraternelle qui nous intrigue tant, se situe à mi-chemin entre les légendes maçonniques les plus débridées et la fantasmagorie des vampires. Le dessin réaliste de Laurent Paturaud, jeune talent qui promet, est de toute beauté. Encore mieux rendus que sur le premier tome, l’époque et les décors de la Renaissance permettent aux auteurs de dérouler toute la panoplie des éléments fondateurs de l’occultisme. Thomas Mosdi (Xoco, Serpenters…) ne s’est pas lancé dans le scénario de cette histoire sans de solides connaissances en ésotérisme. Ce féru de jeu de rôles (ancien collaborateur du magazine Casus Belli) en profite pour décortiquer quelques étymologies et se faire didactique. Nous apprenons donc au passage que le chant du bouc du titre vient du grec « Trag-ôdia », qui a donné son sens au mot « Tragédie » en honneur à Dionysos, Dieu des plaisirs mais également Dieu du théâtre. Peu à peu, l'opacité du premier tome se dévoile…

voir la fiche officielle ISBN 9782723443708