parution 24 octobre 2018  éditeur Glénat  collection Caractère
 Public ado / adulte  Thème Esotérique

Sasmira T4

La petit boîte rouge

La belle Sasmira parviendra-t-elle à gagner le cœur de Stanilas, désorienté par la vieillesse accélérée de Bertille ? Conclusion (enfin !!!) cohérente d’une fable ésotérique sur l’amour, la mort et le temps…


 Sasmira T4 : La petit boîte rouge (0), bd chez Glénat de Vicomte, Bernabé
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2018

L'histoire :

Dans les temps antiques, la princesse égyptienne Sasmira a vécu une expérience post-mortem glaçante : elle a vu qu’après la mort, il n’y avait rien. Strictement rien. Or étant donné qu’elle s’est employée à révéler ce savoir alentours, elle fut à l’origine d’un grand chambardement religieux et d’une double punition. Elle fut recluse au silence par un bâillon de métal et victime d’une terrible malédiction assénée par un prêtre-sorcier : devenir immortelle. Dès lors, seul l’amour, qui se refuse à elle depuis 4300 ans, sera capable de la délivrer de ce fardeau. Or voilà que par le truchement d’un mécanisme métaphysique inexpliqué, un couple de l’année 1996 se retrouve projeté en cette fin XIXème siècle, alors que Sasmira habite dans le manoir de son amie Prudence. Sasmira voit en Stanislas l’homme qu’elle sera enfin capable d’aimer. Aidée par sa grande beauté, elle emploie mille stratagèmes mesquins pour le séduire. Quitte à semer le chaos alentours. Ainsi, elle boute le feu à la bibliothèque de Prudence, qui se jette dans les flammes de désespoir. Ainsi, elle n’a aucun scrupule à séduire Stanislas devant sa compagne Bertille, qui vieillit à une vitesse prodigieuse à mesure qu’elle se sent délaissée par Stan et concurrencée par la beauté fatale de Sasmira. Pourtant, Stanislas se refuse systématiquement à elle. Son but : revenir à son époque avec Bertille, en espérant que le portail du temps la soignera des flétrissures de l’âge. Or pour ce faire, il lui faut un couple de bagues représentant chacune un scarabée, et faire l’amour avec sa compagne au moment du solstice d’été dans une pyramide égyptienne…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Débuté en 1997, la série ésotérique et sentimentale de Laurent Vicomte se termine enfin avec ce tome 4, soit 21 ans plus tard. Il faut dire qu’un gap insolite de près de 15 ans a séparé les deux premiers tomes, et que ce retard a nourri entre temps bien des discussions ! Mais les talents graphiques d’Anaïs Bernabé, qui aura de fait dessiné la moitié de la série en 3 ans, semblent avoir eu raison du perfectionnisme de Vicomte. Voilà donc la conclusion tant attendue de cette fable qui défie l’amour et la mort à travers le temps, sur fond d’ésotérisme égyptien. S’il fallait décliner de grandes questions de fond de cette histoire, ce serait : l’amour véritable peut-il transcender les rides ? Peut-on déclencher artificiellement l’amour ? La mort est-elle souhaitable lorsqu’on sait qu’il n’y a rien que le vide après ? La narration reprend là où nous avait abandonné le tome 3 : au suicide de Prudence dans les flammes de sa bibliothèque. Et la manipulation machiavélique de Sasmira pour séduire Stanislas reprend de plus belle, selon une trame tout de même très manichéenne, avec de nombreux moments de flottement et des impressions de redites. Cette princesse égyptienne est aussi belle que le fond de sa personnalité est laid… mais elle a des circonstances psychologiques atténuantes. Il en va un peu de même avec le dessin de Bernabé qui oscille entre une majorité de séquences soignées, fruit d’un important travail dans la finesse des visages et les détails, d’équilibre dans les cadrages et le découpage, et des cases secondaires délaissées (ex : problème de proportions dans l’avant-dernière case de la p.20 ; ou l’avion bâclé dans la dernière case de la p.61). De cette histoire, on ressort ravi qu’elle ait été convenablement achevée, mais perplexe quant au laps de temps délirant qu’il aura fallu pour ça.

voir la fiche officielle ISBN 9782723497381