parution 01 septembre 2011  éditeur La boîte à bulles  collection Champ livre
 Public ado / adulte  Thème Conte - Féerie

La Femme de l'Ogre

Une femme a pour époux un ogre. Le jour où il tue, à son insu, leurs 7 filles, le destin de la jeune femme se transforme en une descente aux enfers sans fin, teintée d'une douleur, elle aussi, infinie. Un spin-off convaincant du Petit Poucet.


La Femme de l'Ogre, bd chez La boîte à bulles de Appert, Appert
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©La boîte à bulles édition 2011

L'histoire :

Une femme et un ogre hébergent 14 petits enfants : leurs 7 filles et 7 garçons. Or, l'ogre est évidemment connu pour sa gloutonnerie. Ayant flairé un assassinat prochain, l'un des garçons procède à un échange : les bonnets des garçons contre les couronnes d'or des sept filles. Un beau jour, l'ogre décide de dévorer les garçons. Mais dupé par le subterfuge du Petit Poucet, l'ogre assassine en fait ses filles ! Découvrant un matin le terrible forfait, la femme de l'ogre est alors confrontée à une situation extrême, celle du malheur sans fin, elle qui ne vivait que pour sa famille et ses filles. C'est le début d'une descente aux enfers lente et douloureuse, sombre et cruelle, qui va la balloter entre passé et présent, rêves et fantasmes, angoisses et solitude pour, in fine, la plonger dans une douleur insoutenable. Le sort est en effet cruel et voici la femme de l'ogre en proie à la solitude, jouet de puissances supérieures qui nient sa liberté, condamnée par une fatalité impitoyable. Impuissante, elle souffre en silence ou en musique, rongée par le doute et le sentiment d'avoir peut-être un jour fait une faute. Malgré cette épreuve, l'héroïne va déployer une énergie sans limites pour tenter d'échapper à la mort en lui résistant, même si de nombreux signes trahissent son déclin moral et physique...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

L'histoire du Petit Poucet, tout le monde la connaît ou presque. Etienne et Bernadette Appert ont donc choisi de s'intéresser à un autre personnage, la femme de l'ogre, histoire de sonder sa tristesse désespérée suite à la mort tragique de ses filles. Les auteurs savent ici piquer notre curiosité, grâce au parti-pris réussi de la narration suggestive et silencieuse. Plutôt que de s'attarder sur l'histoire archi-connue du Petit Poucet, les auteurs se concentrent sur la femme de l'ogre, personnage secondaire plutôt mystérieux. Davantage un prolongement narratif qu'une véritable relecture du célèbre conte, La Femme de l'Ogre est l'occasion de s'interroger sur la douleur d'une femme confrontée à la perte d'êtres chers, par le biais d'une esthétique de l'épouvante intéressante. Il est aussi question de la beauté et de l'amour face à l'épreuve du temps, mais aussi de la souffrance physique et morale qui se nourrissent réciproquement. Là où le récit fonctionne, c'est grâce au dessin fin, délicat et expressif, qui joue la carte suggestive, mais aussi à la narration muette souvent subtile. Sans oublier des planches saisissantes, exprimant avec habileté l'effroi ou l'horreur d'une vie faite de douleur et d'illusions perdues. Le récit est truffé de symboles, de rêves ou de fantasmes insistants qui permettent d'exprimer la violence et l'intensité des sentiments. Charge ensuite au lecteur de les interpréter comme bon lui semble. Raison pour laquelle, d'ailleurs, certaines planches ne sont pas immédiatement compréhensibles. Au final, la femme de l'Ogre est le genre de conte graphique à lire deux fois plutôt qu'une, si l'on veut en déchiffrer le symbolisme et le message. Faussement naïf dans le propos, dense et souvent intéressant graphiquement, ce conte moderne tragique vaut largement le coup d'oeil.. A noter aussi que la Femme de l'Ogre est un spectacle écrit et joué par Bernadette Appert.

ISBN 9782849531280