parution 01 octobre 2008  éditeur Le Lombard  collection Polyptique
 Public ado / adulte  Thème Thriller, Espionnage, Policier

La branche Lincoln T3

Machines de guerre

Pris entre le marteau du Styx et l'enclume de la NSA, Ted Voss est contraint de confier aux fédéraux les très convoités carnets familiaux. Une avant-dernière partie rythmée mais peu généreuse en révélations.


La branche Lincoln T3 : Machines de guerre (0), bd chez Le Lombard de Herzet, Kowalski, Lamassone
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2008

L'histoire :

À la mort de son paternel, Ted Voss hérite d’un empire financier colossal construit de main de maître depuis trois générations par ses aïeux. En outre, et à sa plus grande surprise, il prend possession de documents estampillés « Branche Lincoln » qui très rapidement attisent bien des convoitises. Tout en échappant au Styx, une organisation redoutablement meurtrière, Ted apprend l’implication de sa famille dans les services secrets américains : une participation très intéressée lui permettant via le groupe Cerbère de s’enrichir en copinant, entre autres, avec les nazis… Mais outre les membres du Styx, les agents gouvernementaux sont sur les dents et organisent une descente chez le riche héritier. Résultat : un échange de bons procédés entre rivaux, qui se solde par de nombreuses victimes et l’enlèvement d’un ami de Voss par la NSA. Contraint de coopérer avec l’agent fédéral, James Hyat, pour retrouver son ami, le jeune héritier, accepte de lui remettre un des deux classeurs en attendant d’autres instructions. L’agitation créée autour du dernier Voss éveille également l’attention de la police qui ne peut se satisfaire d’un simple recensement des morts qui trainent dans le sillage du jeune héritier. Ted doit donc la jouer serrer s’il veut sortir vainqueur de cette nouvelle compétition qui l’oppose à de véritables machines de guerre froides et sans états d’âme…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Si La part des ombres avait péchée en raison de la surabondance d’informations et l’inaction des personnages centraux, le présent tome se veut, à l’inverse, plutôt discret mais plus rythmé. Emmanuel Herzet choisit en effet de tourner autour du pot, en délayant les renseignements qu’il nous avait assénés précédemment. Il insiste sur l’importance de la documentation héritée, qui met en jeu la sécurité de l’état (mais que contiennent vraiment ces carnets ?) ; il accentue un peu plus les antagonismes des réseaux impliqués ; il livre quelques éléments sur le rôle des Voss, histoire de ne pas nous endormir. Mais on sent que le coquin en garde sous la pédale pour l’opus de clôture… Vous retrouverez donc dans ce tome tous les ingrédients d’un bon thriller politico-policier alambiqué avec maestria, mais point de piste définitive sur son issu. On se satisfera tout de même du très bon séquençage de l’intrigue et de la naissance d’un héros qui pourrait devenir récurent (Ted beau gosse) dont l’ironie, le dynamisme n’est pas s’en rappeler ceux de Largo Winch et XIII (reste à nous démontrer sa capacité à parvenir à ses fins…). Aux palettes, Piotr Kowalski continue de se montrer digne de l’intérêt que lui a porté son compatriote Gregorz Rosinski (qui lui a mis le pied à l’étrier), en livrant un travail sérieux que le rythme de cet épisode valorise amplement. Un ouvrage qui s’imbrique parfaitement dans la série qui on l’espère nous réserve un final pétaradant…

voir la fiche officielle ISBN 9782803624164