parution 04 mai 2012  éditeur Le Lombard  Public ado / adulte  Thème Policier, Historique, Thriller

Sherman – cycle 1, T6

Le pardon, Jeannie

Un riche banquier américain est poursuivi par son passé trouble de délinquant et ses liaisons avec un industriel allemand sous le IIIème reich. Conclusion convaincante d'une saga policière sur fond d'évènements historiques et d'ambitions politiques famili


 Sherman – cycle 1, T6 : Le pardon, Jeannie (0), bd chez Le Lombard de Desberg, Griffo, Bautista, Burgazzoli
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2012

L'histoire :

Pour Jay Sherman, l'heure de connaître la vérité approche. L'assassin de son fils en pleine ascension politique pourrait être Pat Dole, le délinquant qu'il avait fréquenté dans sa jeunesse. Il pourrait aussi s'agir de David Sterling, son rival au sein de la banque Wallace, dont il a détruit la carrière et le mariage. A moins qu'il ne s'agisse de Klaus Dimitar, officier nazi dont Jay a mis à l'abri l'or volé aux juifs pendant la seconde guerre mondiale. De son côté, Jay entretient l'espoir de revoir sa fille Jeannie, qu'il croyait morte depuis la guerre, lorsqu'elle était partie en Allemagne afin de retrouver son amant juif persécuté. Désespéré d'avoir presque tout perdu, Jay décide de se jeter corps et âme dans le moindre indice d'existence de Jeannie. Il veut à tout prix lui prouver qu'il n'est pas qu'un banquier sans scrupule, qu'il n'a renoncé à ses valeurs que pour la protéger. Face à sa détermination sans faille, Eva et McEverett sont entrainés malgré eux vers un cours des choses qui s'accélère. Les mystères vont tomber les uns après les autres, les destins de Jay et de Jeannie vont converger vers la révélation d'une stupéfiante vérité...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Sherman aura été une saga passionnante, captivante depuis le premier des six volumes sorti en janvier 2011. Cette histoire toujours plus dense d'album en album, qui mêle les ambitions personnelles et les grands évènements de l'histoire, a beaucoup d'atouts pour plaire à un public large. La mise en avant des processus de collaboration industrielle au sein d'une allemagne qui prépare l'avènement du nazisme, apporte au récit une dimension historique supplémentaire et authentique (inspirée de faits réels). Ce qui aurait pu n'être qu'une série policière sur fond d'Histoire devient dès lors une saga BD à part, dont les personnages complexes sont à la mesure des évènements dramatiques qu'ils traversent. Stephen Desberg signe donc l'un de ses meilleurs scénarios, s'éloignant des clichés et centrant son approche sur un Jay Sherman dont l'humanité, la force et les faiblesses sont perceptibles. Ce tome de conclusion apporte aussi son lot de surprises, comme il se doit, même s'il souffre de quelques enchainements improbables qui titillent le lecteur vigilant (un homme dont le domestique vient de se faire abattre sort de sa salle de bain sans avoir entendu le moindre bruit ?). De même, le dessin de Griffo, plus simple qu'à son habitude, est parfois trop rapide et témoigne des délais courts que les auteurs (et l'éditeur ?) se sont imposés. On aurait donc aimé un tout petit peu plus d'exigence du scénariste comme du dessinateur pour transformer cet excellente saga en must absolu du 9ème art, un petit poil d'investissement supplémentaire et de souci du détail. Mais ne soyons pas de mauvaise foi, d'ailleurs Sherman se trouve récompensé par le Prix du Polar au festival de Cognac 2011. La série mérite d'être reconnue au delà du cercle habituel des fans de BD. Saluons également le remarquable travail des couleurs du duo Burgazzoli-Bautista, dont les univers bleutés ou sépia ont donné à la série une touche visuelle unique, parfaitement en ligne avec l'ancrage historique de cette dramatique épopée familiale.

voir la fiche officielle ISBN 9782803630608